Aller au contenu principal

Un séchoir en grange économique et pratique

Dans le Maine-et-Loire, le Gaec Hallay Holstein qui souhaitait produire et valoriser de la luzerne, a créé un système de séchage en grange très économique. (1)

En 2010, dans le cadre d’une réflexion globale sur l’énergie et sur l’organisation du travail, le Gaec Hallay Holstein a décidé de créer un bâtiment pouvant supporter des panneaux photovoltaïques, stocker du foin et abriter un système de séchage de la luzerne. Son exploitation compte 60 vaches Prim’Holstein, 200 ha et des poulaillers labels. « Auparavant nous utilisions du Rumiluz, explique Pierre-André Beaupère, un des quatre associés du Gaec. Nous avons souhaité produire nous-mêmes la luzerne et avons créé un système de séchage pour faciliter l’organisation du travail et optimiser la qualité du foin de luzerne. Le premier objectif de la luzerne est pour nous d’améliorer la fibrosité de la ration. Nous apportons en moyenne aux vaches laitières 2 kg/VL/jour. »

Séchage de la luzerne brins courts sur des caillebotis perforés

Le bâtiment a été construit en 2009-2010 pour une mise en fonctionnement au printemps 2010. La partie séchoir occupe une surface de 120 m². Les éleveurs ont construit deux rangées de murs en béton banché de 60 cm de haut et ont posé dessus 81caillebotis perforés en béton de 2 m x 0,60 m. La surface de séchage est de 97 m². L'air qui va sécher le fourrage est chauffé naturellement dans un caisson en bois réalisé sous la toiture. Cet air chaud est repris au fond du bâtiment par un ventilateur qui l’insuffle ensuite sous les caillebotis. L’air chaud remonte par les perforations du caillebotis et finit ainsi de sécher la luzerne.
En 2016, le Gaec a exploité 5,60 ha de luzerne. La première coupe a été ensilée, la deuxième et la troisième ont été séchées sur caillebotis ; la quatrième a été récoltée au round-baller avec rotocut. Pour le séchage sur caillebotis, la luzerne est fauchée à plat, fanée une ou deux fois puis andainée. Elle reste au champ environ quatre jours. Les éleveurs ayant l’habitude de récolter la paille à l’ensileuse pour leurs poulaillers, ils récoltent également la luzerne à l’ensileuse. Le fourrage est ainsi broyé en brins courts, avec un bon débit de chantier. Arrivée près du séchoir, la luzerne est déposée au télescopique sur les caillebotis sur deux mètres de hauteur. « Il faut donc veiller à ce que les caillebotis puissent supporter le poids d’un télescopique, souligne Jacques Bignon, expert fourrages à Élevage conseil Loire Anjou. Il est conseillé aussi d’éparpiller la luzerne pour faciliter la répartition d’air chaud au travers du fourrage. » Le fourrage est séché sur les caillebotis pendant trois à cinq jours. Il est ensuite repris au télescopique et stocké en vrac sous le hangar, à côté du séchoir. Il est très facile ensuite de le reprendre pour le mettre dans la mélangeuse.

25 000 € pour 30 à 40 tonnes de luzerne

Avec 97 m² de séchage, le Gaec sèche ainsi 30 à 40 tonnes de luzerne par an. « La surface de séchage limite la quantité de luzerne, note Jacques Bignon. Mais la qualité du foin obtenue est très bonne. Bien que la luzerne soit récoltée à un stade assez avancé, l’objectif ici étant surtout la fibrosité, les feuilles sont préservées. La teneur en azote est élevée, avec 197 g/kg de matière azotée, 130 de PDIN, 93 de PDIE et 51 de PDIA. Et cela pour un investissement beaucoup moins élevé que pour un séchage en grange classique. La plupart des exploitations sont aujourd’hui équipées d’un télescopique. Un tel séchoir pourrait aussi servir à sécher d’autres foins aux périodes où il n’est pas utilisé pour la luzerne. »

(1) Le séchoir du Gaec Hallay Holstein a été présenté lors d’un des Rendez-Vous de l’élevage organisé par Élevage conseil Loire-Anjou en janvier.

Côté éco

° Coût total du séchoir : 25 000 €

dont 6 500 € pour la charpente et les murs (part affectée au séchoir),

7 000 € pour les caillebotis,

5 000 € pour le caisson,

6 500 € pour le ventilateur.

° Subvention PPE : 40 % du montant total

° Amortissement : 2 000 €/an sur dix ans

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière