Aller au contenu principal

Un analyseur de fourrages qui se déplace de ferme en ferme

Grâce à AgriNIR, les éleveurs peuvent disposer de la valeur de leurs fourrages en direct plusieurs fois dans l’hiver.

Déterminer la valeur des fourrages en quelques minutes grâce à la technologie du proche infrarouge, cela n’est pas nouveau. Ce qui l’est en revanche, c’est de pouvoir réaliser cette opération non plus en laboratoire mais directement sur votre exploitation. C’est possible grâce à l’analyseur AgriNIR, dont une dizaine d’organismes de contrôle laitier commencent à s’équiper dans le Grand Ouest.

L’intérêt est multiple pour les éleveurs. Ils disposent d’un résultat d’analyse aussi complet que celui du laboratoire mais quasi instantanément. Ils peuvent connaître précisément la composition et la valeur des fourrages distribués pour mieux ajuster la complémentation. Et s’adapter aux évolutions de cette valeur au cours de l’hiver. « Un ensilage évolue au cours du temps pour trois raisons, explique Olivier Raux, de Orne Conseil Elevage, premier département à proposer ce service. Il rassemble des fourrages issus de multiples parcelles, et dont les variétés peuvent différer dans la succession des couches. Les conditions climatiques font évoluer les taux de matière sèche. Et la conservation des fourrages modifie leur valeur alimentaire. Par exemple, le taux d’amidon diminue au cours de l’avancement du silo en raison des fermentations. »

Une dizaine de départements du Grand Ouest s’équipent de cet outil

Concrètement, à partir d’un échantillon de 200 grammes, l’appareil détermine la matière sèche, l’amidon, la MAT, le NDF, l’ADF, les cendres et la matière grasse et génère les valeurs UFL, PDIN, PDIE et PDIA à partir des équations Inra.

L’analyseur nécessite un calibrage préalable pour être le plus précis possible par rapport à une analyse biochimique. « Nous pouvons analyser ensilages d’herbe, ensilage de maïs, foin, foin de luzerne, enrubannage, maïs grain humide, et tourteau de soja, détaille le technicien. L’analyse AgriNIR atteint quasiment le même niveau de précision qu’une analyse infrarouge en laboratoire. Nous analysons plusieurs échantillons d’un même silo pour obtenir une moyenne qui s’approche au maximum de la valeur réelle du fourrage. »

Orne Conseil Elevage a décliné différentes formules autour de ce nouveau service. « Nous proposons entre autres de réaliser trois analyses sur l’hiver pour 120 €. L’éleveur amenera alors ses échantillons de fourrages sur une ferme de son secteur qui accueillera l’analyseur. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière