Aller au contenu principal

Nord-Pas-de-Calais et Picardie
Pour les coopératives Sully et Elnor, le lait d´été plus rentable avec les nouvelles grilles de prix

Dans le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, les nouvelles grilles de prix du lait et les primes des coopératives Sully et Elnor rendent attractif le lait d´été dans certains systèmes.


« Quelle amélioration de l´EBE peut-on attendre en modifiant sa période de vêlage ? » C´est à cette question que répond une étude menée par l´Institut de l´élevage, les EDE et contrôles laitiers du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie, à la demande des coopératives Elnor et Sully du groupe Sodiaal. Des modifications de périodes de vêlage sont simulées, par rapport à une situation initiale de vêlages d´été-automne, sur trois systèmes types couramment rencontrés dans le Nord de la France.
Un bonus supérieur avec des vêlages d´été
L´impact sur le prix du lait tient compte des grilles de paiement du lait, réécrites depuis 2004 pour favoriser le lait d´été. Il tient également compte des primes : la prime de Sully, qui favorise nettement la production de lait d´été, et la prime régularité d´Elnor, qui récompense une production régulière sur l´année. Sont également prises en compte la variation des taux et la valorisation de la viande. Du côté des charges, leur évolution dépend surtout du système initial. Enfin, c´est pour passer en vêlage de printemps (mars à juin) que la période de transition est la plus longue, au moins trois ans. Pendant cette période, le bilan économique est moins avantageux.
La situation de départ pour les deux systèmes polyculteur-éleveur est une période de vêlage été-automne (août à novembre). L´exploitation type retenue compte 47 vaches laitières (350 000 litres), 100 hectares, et dégage un EBE d´environ 85 500 euros.
Pour le premier système, polyculteur intensif de région à fort potentiel agronomique, le passage en vêlage de printemps (mars à juin) fait progresser l´EBE : + 3,6 % avec le système de paiement d´Elnor, + 1,7 % avec celui de Sully. L´augmentation des charges est plus que compensée par celle du prix du lait et de la viande. Les charges augmentent légèrement du fait de la diminution de la part pâturée et de l´augmentation des surfaces fauchées. Les vêlages d´été (juin à septembre) améliorent plus nettement l´EBE, surtout avec le système de paiement de Sully (+ 6,5 % pour l´EBE). Les modifications du système sont peu importantes et peuvent être mises en oeuvre sans difficulté majeure.
Dans les systèmes très pâturants, faire du lait d´été est peu cohérent. ©A. Conté

Moins de difficultés en système intensif
Pour le deuxième système, polyculteur semi-intensif de région mixte, le passage à des vêlages de printemps conduit à une hausse de 3,2 % de l´EBE avec Elnor, de 1,3 % avec Sully. Toutefois, le changement de système est conséquent, et peut conduire à des dérapages coûteux. Par exemple, le démarrage des lactations sur de l´herbe de printemps présente un risque d´amaigrissement excessif des vaches. En outre, la légère baisse de la production laitière, due à la fermeture des silos pendant deux à trois mois, nécessite des vaches supplémentaires. Comme dans le premier système, le passage à des vêlages d´été est plus intéressant pour améliorer l´EBE : + 6,8 % avec Sully et + 4,3 % avec Elnor. Les modifications du système fourrager pour les vaches et les élèves sont faibles.
Pour le système lait et boeufs de régions herbagères, la situation de départ est une période de vêlage qui va d´août à janvier. L´exploitation de référence élève 36 vaches (238 000 l) sur 36 ha d´herbe et 6 ha de cultures, et dégage un EBE de 38 200 ?.

En groupant les vêlages sur la période allant de février à mai, l´EBE est amélioré de 6,4 % (+ 4,6 % en comptant l´impact sur les charges sociales) avec le système de paiement d´Elnor. Par contre, avec Sully, la hausse de l´EBE est timide. Les changements de système sont importants, et les risques de dérapage sont les mêmes que pour le deuxième système. En groupant les vêlages sur la période allant de juin à septembre, l´intérêt économique est faible, malgré une très forte incitation par le prix du lait. Le coût alimentaire des vaches et des élèves augmente et le pâturage des vaches est sous-valorisé. En résumé, cette modification fait passer d´un système cohérent et économe à un système moins cohérent et plus coûteux.
Pour conclure, l´importance des gains espérés et la facilité de mise en oeuvre sont d´autant plus élevées que le système initial repose sur peu d´herbe pâturée. Et il sera plus facile de faire du lait d´été dans des systèmes associatifs disposant de suffisamment de main-d´oeuvre l´été.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière