Aller au contenu principal
Font Size

Optilait refonde son offre de service

Le réseau de conseil en élevage du Sud-ouest, qui couvre 21 départements, a perdu en trois ans plus de 900 adhérents.

Optilait fédère depuis une trentaine d’années 16 organismes de conseil en élevage qui couvrent 21 départements d’un grand quart Sud-Ouest. Ce réseau avait jusqu’à présent surtout vocation à mettre en commun du matériel. 2018 va ouvrir une nouvelle page pour les 3 626 adhérents bovins lait (et 335 éleveurs caprins) et 125 techniciens et conseillers avec la concrétisation d’un projet muri depuis trois ans. Les éleveurs vont se voir proposer une offre de service commune et les conseillers vont se structurer en réseau d’experts pour monter en compétences. Vu son étendue, le territoire a été divisé en trois bassins à la fois pour mener la réflexion et déployer le projet.

Une offre de services commune et un réseau d'experts

L’offre de service concernant l’appui technique régulier va être soumise aux éleveurs dès le premier semestre 2018 et les référentiels des services thématiques (robot, alimentation...) sont en cours d’élaboration. Quant au réseau  de compétences, il va monter en puissance tout au long de 2018 : recensement des experts, formation, déploiement d’un nouvel outil technicien (Atlas) associé à des tablettes de saisie en salle de traite et d’un outil économique (Opti’€co), journées thématiques éleveurs ... La communication (réseaux sociaux, web, newsletter) sera aussi un axe fort de cette nouvelle relation de conseil.

Ce projet est né d’un « besoin d’évoluer et vite », partagé d’un bout à l’autre de la zone Optilait. Répondre à des demandes plus spécifiques et plus pointues, enfourcher la révolution numérique, innover..., toutes les régions ont engagé la refonte du conseil en élevage.

« Trouver notre place dans nos régions à faible densité »

Mais, le Sud-Ouest, qui ne l’avait pas encore fait, doit en plus s’adapter à une forte déprise laitière. En trois ans, Optilait a perdu plus de 900 adhérents et près de 23 000 vaches contrôlées (192 000 au 1er janvier 2018). En 2015, la zone Optilait a livré près de 1,84 milliard de litres contre 2,2 milliards dix ans plus tôt. Le taux de pénétration du conseil en élevage est de 63 % des éleveurs et 70 % des vaches. Près de la moitié des élevages suivis sont concentrés sur deux départements : Aveyron et Cantal, les deux seuls qui ont augmenté leur production. Bref, pour la majeure partie des départements, développer des compétences pointues ne peut se faire qu’en réseau.

L’imminence de la mise en œuvre du nouveau règlement zootechnique européen fait peser aussi une inquiétude sur l’avenir de la collecte des données et les services de conseil. Mais Jean Yves Haurat, co-président d’Optilait. veut croire aussi que ces régions à faible densité ne seront « pas les premières à attiser les convoitises des futurs organismes de sélection » et qu’elles sauront trouver  leur « propre modèle économique » pour assurer l’accompagnement des éleveurs.

Titre : 47 % des adhérents dans le Cantal et l'Aveyron

Sous-titre : Répartition des adhérents Optilait au 01/01/2018

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière