Aller au contenu principal

Ondes électromagnétiques : des éleveurs engagent des procédures judiciaires

Les éleveurs de l’association Anast (Animaux sous tension) vont engager des procédures judiciaires pour faire reconnaître d’importants troubles affectant leurs animaux.

L’Anast réclame aussi  la transparence totale des actions et des résultats du GPSE sur le terrain.  © V. Motin
L’Anast réclame aussi la transparence totale des actions et des résultats du GPSE sur le terrain.
© V. Motin

Selon les éleveurs de l’association, les troubles sont liés aux ondes électromagnétiques émises par des lignes haute tension, transformateurs électriques, antennes relais, éoliennes, ligne grande vitesse… installés près de leurs élevages. Maître François Lafforgue, du cabinet d’avocats TTLA Paris-Marseille, a annoncé le 4 novembre au Mans lors d’une conférence de presse, qu’il allait engager des procédures devant les tribunaux de grande instance de plusieurs juridictions. Les responsables visés, opérateurs de l’électricité et des télécommunications entre autres, seront attaqués pour « trouble anormal du voisinage ». « Une douzaine de dossiers sont complets et beaucoup d’autres vont suivre », affirme Serge Provost, président de l’Anast. Ces éleveurs de vaches laitières, chèvres, bovins viande, volailles, lapins de l’Ouest mais aussi de l’Aveyron, du Nord, du Centre… assurent que, depuis l’installation près de leur élevage d’une source d’ondes électromagnétiques, leurs animaux ont des comportements anormaux et souffrent de pathologies entraînant des baisses de production et des mortalités importantes. Des éleveurs laitiers indiquent qu’ils disposent de chiffres fournis par les robots, prouvant la différence avant/après et montrant que quand la source d’ondes électromagnétiques s’arrête, les troubles disparaissent. En 2015, un éleveur laitier de la Manche, Thierry Charruel, avait réussi à faire condamner RTE (Réseau de transport de l’électricité) pour de tels faits.

Obtenir la transparence totale des rapports

L’avocat a aussi saisi le tribunal administratif de Paris le 30 octobre pour réclamer au ministère de l’Agriculture et au GPSE (Groupement permanent de sécurité électrique) les nombreux rapports d’expertise produits par ce dernier. Créé en 1999 par le ministère de l’Agriculture et EDF, le GPSE associe aujourd’hui la profession agricole et les principaux opérateurs de l’énergie. Il intervient à la demande d’agriculteurs rencontrant des problèmes qu’ils soupçonnent liés à des courants électriques. Les frais d’expertise sont généralement couverts par l’entreprise qui détient l’installation électrique concernée. L’Anast réclame la transparence totale des actions et des résultats du GPSE sur le terrain. « Nous irons jusqu’au bout. C’est un scandale national », déclare Serge Provost.

Une coïncidence chronologique

« Dans 80 % des cas, la remise en équipotentialité des masses permet de régler les problèmes, assure Arlette Laval, du GPSE. Les 20 % qui ne sont pas résolus sont liés à des aspects géobiologiques. Il y a une coïncidence chronologique entre ces installations et l’apparition de problèmes dans les élevages, mais les mesures n’ont jamais montré de tension anormale. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière