Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ondes électromagnétiques : des éleveurs engagent des procédures judiciaires

Les éleveurs de l’association Anast (Animaux sous tension) vont engager des procédures judiciaires pour faire reconnaître d’importants troubles affectant leurs animaux.

L’Anast réclame aussi  la transparence totale des actions et des résultats du GPSE sur le terrain.  © V. Motin
L’Anast réclame aussi la transparence totale des actions et des résultats du GPSE sur le terrain.
© V. Motin

Selon les éleveurs de l’association, les troubles sont liés aux ondes électromagnétiques émises par des lignes haute tension, transformateurs électriques, antennes relais, éoliennes, ligne grande vitesse… installés près de leurs élevages. Maître François Lafforgue, du cabinet d’avocats TTLA Paris-Marseille, a annoncé le 4 novembre au Mans lors d’une conférence de presse, qu’il allait engager des procédures devant les tribunaux de grande instance de plusieurs juridictions. Les responsables visés, opérateurs de l’électricité et des télécommunications entre autres, seront attaqués pour « trouble anormal du voisinage ». « Une douzaine de dossiers sont complets et beaucoup d’autres vont suivre », affirme Serge Provost, président de l’Anast. Ces éleveurs de vaches laitières, chèvres, bovins viande, volailles, lapins de l’Ouest mais aussi de l’Aveyron, du Nord, du Centre… assurent que, depuis l’installation près de leur élevage d’une source d’ondes électromagnétiques, leurs animaux ont des comportements anormaux et souffrent de pathologies entraînant des baisses de production et des mortalités importantes. Des éleveurs laitiers indiquent qu’ils disposent de chiffres fournis par les robots, prouvant la différence avant/après et montrant que quand la source d’ondes électromagnétiques s’arrête, les troubles disparaissent. En 2015, un éleveur laitier de la Manche, Thierry Charruel, avait réussi à faire condamner RTE (Réseau de transport de l’électricité) pour de tels faits.

Obtenir la transparence totale des rapports

L’avocat a aussi saisi le tribunal administratif de Paris le 30 octobre pour réclamer au ministère de l’Agriculture et au GPSE (Groupement permanent de sécurité électrique) les nombreux rapports d’expertise produits par ce dernier. Créé en 1999 par le ministère de l’Agriculture et EDF, le GPSE associe aujourd’hui la profession agricole et les principaux opérateurs de l’énergie. Il intervient à la demande d’agriculteurs rencontrant des problèmes qu’ils soupçonnent liés à des courants électriques. Les frais d’expertise sont généralement couverts par l’entreprise qui détient l’installation électrique concernée. L’Anast réclame la transparence totale des actions et des résultats du GPSE sur le terrain. « Nous irons jusqu’au bout. C’est un scandale national », déclare Serge Provost.

Une coïncidence chronologique

« Dans 80 % des cas, la remise en équipotentialité des masses permet de régler les problèmes, assure Arlette Laval, du GPSE. Les 20 % qui ne sont pas résolus sont liés à des aspects géobiologiques. Il y a une coïncidence chronologique entre ces installations et l’apparition de problèmes dans les élevages, mais les mesures n’ont jamais montré de tension anormale. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Ravageurs : Mobilisation générale contre les cirphis
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les attaques de cirphis, des chenilles qui ravagent les prairies, prennent de plus en plus d'…
Noctus est indexé à +1,0 en résistance aux lésions Infectieuses. Il aura donc 60 % de filles en moins avec des limaces que la moyenne (10 % contre 24 %) et 25 % de filles en moins touchées par des dermatites (25 % contre 35 %). © Gejp
Les cinq nouveautés d’Evolution
Index santé du pied en race Normande, durée de gestation, homogénéité de la descendance des taureaux, efficience alimentaire… Le…
Dominique, Michèle, Annie et Fabrice Girault. « Grâce à cet équipement, nous avons récupéré suffisamment de débit et l’eau des abreuvoirs est redevenue transparente. » © F. Mechekour
« Nous avons choisi la désinfection par électrolyse »
Au Gaec Girault, en Mayenne, des problèmes de débit et de qualité d’eau ont été résolus par l’installation d’un déferriseur, d’…
Sébastien (au centre) et Quentin Brousse. « Les bonnes années, nous engrangeons, les mauvaises, nous gérons. » © B. Griffoul
« Nous visons une rémunération constante et correcte »
Sébastien et Quentin Brousse, dans la Creuse, ont saturé l’outil laitier et développent un atelier allaitant complémentaire, tout…
 © C. Pruilh
Avez-vous dû décapitaliser à cause des aléas climatiques ?
Printemps froid, été chaud et sec... Quelles conséquences ont les mauvaises conditions météo chez vous ? Avez-vous dû aller jusqu…
Les associés ont réfléchi ensemble de très longues heures sur leur projet, afin de définir le plan. © C. Julien
Prendre le temps de penser chaque détail de son futur bâtiment
Le projet de nouvelle stabulation des associés du Gaec Honoré prend forme. Le permis de construire a été obtenu, le choix des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière