Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Nous avons passé un cap dans le semis direct »

Agriculture de conservation. Le Gaec de la Huberdière commence vraiment à profiter des bénéfices de son passage au semis direct.

L’année a été marquée le déficit hydrique. Nous avons eu moitié moins d’eau que d’habitude, témoigne Vincent Bossard l’un des trois associés du Gaec de la Huberdière en Vendée (100 vaches, 170 ha). Vu les conditions sèches, nous nous en sommes très bien tirés en céréales. » Les rendements moyens en blé ont atteint 70 qx/ha (avec une fertilisation qui se limite à 120 unités par hectare - alors que l’exploitation tourne plutôt à 50 qx/ha de moyenne, voire 60 qx/ha les très bonnes années- et le rendement en paille a doublé. « Cela fait bientôt 8 ans que nous sommes passés au semis direct sur les céréales, et 5 ans sur la totalité de l’exploitation. Après trois-quatre premières années un peu chaotiques, nous commençons aujourd’hui clairement à en retirer les fruits, estime Vincent. Le sol est vivant, moins compacté, il fonctionne bien et on retrouve des niveaux de rendement au moins égaux à ceux obtenus en système labour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière