Aller au contenu principal

« Notre enrobé a tenu un an »

Au Gaec de Villepatour, l’enrobé sur l’aire d’exercice des laitières s’est vite dégradé. Les éleveurs ont fait le choix de le recouvrir d’asphalte.

L’ASPHALTE est l’une des solutions en réfection, si l’enrobé n’a pas tenu sur les aires d’exercice.
L’ASPHALTE est l’une des solutions en réfection, si l’enrobé n’a pas tenu sur les aires d’exercice.
© Smac

Dominique Cassin, éleveur d’une centaine de vaches à Jallais, dans le Maine-et-Loire, est catégorique : « l’enrobé n’est pas adapté pour les aires d’exercice des bovins. Nous en avons fait l’expérience en 2012. Sur les exploitations, cette solution se prête au revêtement de silos et aux abords de ferme, mais c’est tout ! »

Lors de l’extension de la stabulation, les associés du Gaec ont opté pour un revêtement en enrobé pour les deux couloirs d’exercice, soit 370 m2. « Ce matériau semblait présenter plusieurs avantages, indique Dominique. Il n’est pas glissant, se montre rapide à mettre en oeuvre et ne nécessite pas de délai de mise en service. L’enrobé nous paraissait aussi un bon compromis en raison de son coût (20 €/m2), un peu moins élevé que celui du béton réalisé par une entreprise. »

Cet enrobé, plus résistant pour une utilisation en élevage, n'a pas tenu longtemps

Les éleveurs ont utilisé le Rurcol, un enrobé spécifique à destination des exploitations agricoles, proposé par la société Colas. Ce dernier contenait notamment une résine le rendant plus résistant aux attaques acides. Pour autant, au bout de six à huit mois d’usage, l’enrobé a commencé à se dégrader. « Des gravillons se détachaient un à un et se collaient sous les onglons. On en retrouvait sous les pattes des vaches. Quelques nids de poule commençaient aussi à se former avec des creux de 1,5 cm par endroits, notamment devant les deux robots de traite. »

Un an après la mise en route du bâtiment, les éleveurs ont pris contact avec la société qui avait mis en place l’enrobé. « Nous leur avons envoyé un courrier recommandé afin de faire marcher la garantie, indique l’éleveur. L’entreprise n’a pas caché qu’elle rencontrait des problèmes avec ce revêtement sur les aires d’exercice et nous a proposé trois solutions. » La première consistait à arracher la couche d’enrobé de 6 cm et à renouveler la pose du Rurcol. « Nous avons refusé tout net. » Seconde possibilité : retirer l’enrobé et recouler du béton sur toute la surface des couloirs. « Sans les robots, nous aurions certainement fait ce choix, mais dans notre cas de figure, cela nous a paru inenvisageable. »

Les associés ont finalement retenu la dernière option, celle de couler de l’asphalte au-dessus de l’enrobé.

Les éleveurs ont fait marcher la garantie

« Nous nous sommes renseignés auprès de plusieurs exploitants qui avaient une dizaine d’années de recul avec l’asphalte. Ils y avaient eu recours sur l’aire d’exercice, l’aire d’attente ou la salle de traite, et en étaient contents. »

L’asphalte est un matériau intéressant en réfection de sols car la couche ne dépasse pas 2,5 à 3 cm d’épaisseur et il est simple à mettre en place. « L’entreprise (la Smac) est venue le matin, et le soir c’était fini », poursuit Dominique. Il a fallu raboter l’enrobé sur 2,5 cm pour aplanir au maximum sa surface. Le sol doit être propre et sans imperfection.

« Il faut proscrire les enrobés sur les aires de vie des animaux », insiste Jean-Luc Ménard, de l'Institut de l'élevage

« Les problèmes se multiplient sur les élevages qui ont choisi l’enrobé pour les aires d’exercice. Même les enrobés spécifiquement formulés pour l’élevage n’ont pas donné satisfaction au bout de deux à quatre ans…

Le problème c’est que le liant — le bitume — s’en va. Dans l’étude que nous menons actuellement sur les revêtements de sols, ce matériau a d’ailleurs été exclu d’emblée.

Quelles solutions de rattrapage privilégier ? La priorité est de réagir tôt (dès les premiers signes de désagrégement) et de faire intervenir la garantie décennale.

Si la structure du sol est encore bonne et solide, je suis favorable au recours à l’asphalte en réfection. Cette solution, assez simple à mettre en place, permet de maintenir le système en place. Comme il s’agit d’une pierre reconstituée à 200 °C, c’est un produit compact non poreux qui présente une très bonne longévité. Il existe un cahier des charges spécifique pour l’élevage, commun à la Suisse et à l’Allemagne. L’asphalte revient généralement entre 35 et 40 €/m2, mais ce coût peut varier.

En revanche, si l’éleveur se manifeste trop tardivement, mieux vaut s’orienter vers un revêtement en béton. Mais cela peut vite devenir assez compliqué. L’enrobé représente en effet 6-7 cm de hauteur, alors qu’un béton nécessite 13-15 cm ; du coup, pour respecter la hauteur de marche des logettes, il faut toucher au terrassement et cela n’est pas conseillé. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière