Aller au contenu principal

Enquête FRCuma Ouest
Moins de travail grâce aux Cuma désileuses

D´après une vaste enquête menée par la FRCuma Ouest, les désileuses automotrices partagées en Cuma remportent un vif succès auprès de leurs adhérents.


« La première raison pour adhérer à une cuma désileuse automotrice, c´est la recherche d´un gain de temps, avance Marie-Christine Blondiau de la FRCuma Ouest. Cette motivation transparaît au premier rang de l´enquête que nous avons réalisée l´hiver dernier auprès de 102 adhérents de Cuma désilage à travers le Grand Ouest. »
Les économies de temps annoncées vont de quinze minutes à deux heures et demie, avec une moyenne approchant une heure. En déléguant la distribution de l´alimentation à la Cuma, 96 % des adhérents enquêtés apprécient de réduire la pénibilité du travail. Les éleveurs travaillant seuls y trouvent aussi une certaine sécurité ; ils savent que leurs animaux seront soignés en cas de pépin.
©D. R.


Pas seulement réservées aux gros quotas
Ce que les exploitants recherchent aussi à travers les Cuma désileuses, c´est la distribution d´une ration de qualité, « avec un mélange plus homogène, davantage d´aliments incorporés dans la ration et une meilleure maîtrise des quantités distribuées ». Avec ce mode de distribution, 86 % des éleveurs enquêtés signalent une amélioration des performances techniques des animaux.

Malgré les avantages cités, les appréhensions des exploitants avant d´adhérer à une cuma sont nombreuses. Le principal frein évoqué, c´est le coût. Il faut compter en moyenne 5500 euros par an et par exploitation. Le coût peut s´avérer un obstacle à la création d´un groupe. « Toutefois, il convient de le relativiser en tenant compte du gain de temps dégagé et de l´amélioration des performances animales, » avance Marie-Christine Blondiau. « Un coût d´adhésion trop élevé peut aussi être à l´origine de la dissolution de groupes, signale pour sa part Daniel Moreau de la FDCuma de Loire-Atlantique. Cela a été le cas pour deux groupes du département. Il est important que les éleveurs approchent au plus juste le coût d´adhésion avant de s´engager. »
Parmi les autres craintes les plus fréquemment citées par les éleveurs viennent ensuite la compatibilité des bâtiments d´élevage avec la machine, qui dépasse souvent les 2,60 m de hauteur, ainsi que les risques de pannes des désileuses.

Autre enseignement de l´enquête : contrairement à une idée reçue, les Cumas désileuses ne sont pas uniquement réservées aux gros quotas. La majeure partie des exploitations adhérentes dispose en effet d´une référence comprise entre 200 000 et 300 000 litres et 5 % des élevages ont un quota inférieur à 200 000 litres.
Les groupes comptent de quatre à quatorze adhérents dans les Cumas enquêtées. Le plus souvent, ils sont entre six et dix. D´un groupe à l´autre, la durée des tournées apparaît très variable : de 45 minutes à deux heures. Tout dépend du nombre d´adhérents, du temps de déplacement et de l´accessibilité des bâtiments. « Pour un tiers des Cuma, trois heures suffisent pour boucler le tour, pour un autre tiers, il faut compter entre trois et quatre heures, et pour le reste, plus de quatre heures sont nécessaires », précise l´animatrice. Quant au kilomètrage effectué, là aussi les écarts sont importants. De 4 km pour la tournée la plus courte à 50 km pour la plus longue, avec une moyenne à 26 km par groupe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière