Aller au contenu principal
Font Size

Enquête FRCuma Ouest
Moins de travail grâce aux Cuma désileuses

D´après une vaste enquête menée par la FRCuma Ouest, les désileuses automotrices partagées en Cuma remportent un vif succès auprès de leurs adhérents.


« La première raison pour adhérer à une cuma désileuse automotrice, c´est la recherche d´un gain de temps, avance Marie-Christine Blondiau de la FRCuma Ouest. Cette motivation transparaît au premier rang de l´enquête que nous avons réalisée l´hiver dernier auprès de 102 adhérents de Cuma désilage à travers le Grand Ouest. »
Les économies de temps annoncées vont de quinze minutes à deux heures et demie, avec une moyenne approchant une heure. En déléguant la distribution de l´alimentation à la Cuma, 96 % des adhérents enquêtés apprécient de réduire la pénibilité du travail. Les éleveurs travaillant seuls y trouvent aussi une certaine sécurité ; ils savent que leurs animaux seront soignés en cas de pépin.
©D. R.


Pas seulement réservées aux gros quotas
Ce que les exploitants recherchent aussi à travers les Cuma désileuses, c´est la distribution d´une ration de qualité, « avec un mélange plus homogène, davantage d´aliments incorporés dans la ration et une meilleure maîtrise des quantités distribuées ». Avec ce mode de distribution, 86 % des éleveurs enquêtés signalent une amélioration des performances techniques des animaux.

Malgré les avantages cités, les appréhensions des exploitants avant d´adhérer à une cuma sont nombreuses. Le principal frein évoqué, c´est le coût. Il faut compter en moyenne 5500 euros par an et par exploitation. Le coût peut s´avérer un obstacle à la création d´un groupe. « Toutefois, il convient de le relativiser en tenant compte du gain de temps dégagé et de l´amélioration des performances animales, » avance Marie-Christine Blondiau. « Un coût d´adhésion trop élevé peut aussi être à l´origine de la dissolution de groupes, signale pour sa part Daniel Moreau de la FDCuma de Loire-Atlantique. Cela a été le cas pour deux groupes du département. Il est important que les éleveurs approchent au plus juste le coût d´adhésion avant de s´engager. »
Parmi les autres craintes les plus fréquemment citées par les éleveurs viennent ensuite la compatibilité des bâtiments d´élevage avec la machine, qui dépasse souvent les 2,60 m de hauteur, ainsi que les risques de pannes des désileuses.

Autre enseignement de l´enquête : contrairement à une idée reçue, les Cumas désileuses ne sont pas uniquement réservées aux gros quotas. La majeure partie des exploitations adhérentes dispose en effet d´une référence comprise entre 200 000 et 300 000 litres et 5 % des élevages ont un quota inférieur à 200 000 litres.
Les groupes comptent de quatre à quatorze adhérents dans les Cumas enquêtées. Le plus souvent, ils sont entre six et dix. D´un groupe à l´autre, la durée des tournées apparaît très variable : de 45 minutes à deux heures. Tout dépend du nombre d´adhérents, du temps de déplacement et de l´accessibilité des bâtiments. « Pour un tiers des Cuma, trois heures suffisent pour boucler le tour, pour un autre tiers, il faut compter entre trois et quatre heures, et pour le reste, plus de quatre heures sont nécessaires », précise l´animatrice. Quant au kilomètrage effectué, là aussi les écarts sont importants. De 4 km pour la tournée la plus courte à 50 km pour la plus longue, avec une moyenne à 26 km par groupe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière