Aller au contenu principal

Enquête FRCuma Ouest
Moins de travail grâce aux Cuma désileuses

D´après une vaste enquête menée par la FRCuma Ouest, les désileuses automotrices partagées en Cuma remportent un vif succès auprès de leurs adhérents.


« La première raison pour adhérer à une cuma désileuse automotrice, c´est la recherche d´un gain de temps, avance Marie-Christine Blondiau de la FRCuma Ouest. Cette motivation transparaît au premier rang de l´enquête que nous avons réalisée l´hiver dernier auprès de 102 adhérents de Cuma désilage à travers le Grand Ouest. »
Les économies de temps annoncées vont de quinze minutes à deux heures et demie, avec une moyenne approchant une heure. En déléguant la distribution de l´alimentation à la Cuma, 96 % des adhérents enquêtés apprécient de réduire la pénibilité du travail. Les éleveurs travaillant seuls y trouvent aussi une certaine sécurité ; ils savent que leurs animaux seront soignés en cas de pépin.
©D. R.


Pas seulement réservées aux gros quotas
Ce que les exploitants recherchent aussi à travers les Cuma désileuses, c´est la distribution d´une ration de qualité, « avec un mélange plus homogène, davantage d´aliments incorporés dans la ration et une meilleure maîtrise des quantités distribuées ». Avec ce mode de distribution, 86 % des éleveurs enquêtés signalent une amélioration des performances techniques des animaux.

Malgré les avantages cités, les appréhensions des exploitants avant d´adhérer à une cuma sont nombreuses. Le principal frein évoqué, c´est le coût. Il faut compter en moyenne 5500 euros par an et par exploitation. Le coût peut s´avérer un obstacle à la création d´un groupe. « Toutefois, il convient de le relativiser en tenant compte du gain de temps dégagé et de l´amélioration des performances animales, » avance Marie-Christine Blondiau. « Un coût d´adhésion trop élevé peut aussi être à l´origine de la dissolution de groupes, signale pour sa part Daniel Moreau de la FDCuma de Loire-Atlantique. Cela a été le cas pour deux groupes du département. Il est important que les éleveurs approchent au plus juste le coût d´adhésion avant de s´engager. »
Parmi les autres craintes les plus fréquemment citées par les éleveurs viennent ensuite la compatibilité des bâtiments d´élevage avec la machine, qui dépasse souvent les 2,60 m de hauteur, ainsi que les risques de pannes des désileuses.

Autre enseignement de l´enquête : contrairement à une idée reçue, les Cumas désileuses ne sont pas uniquement réservées aux gros quotas. La majeure partie des exploitations adhérentes dispose en effet d´une référence comprise entre 200 000 et 300 000 litres et 5 % des élevages ont un quota inférieur à 200 000 litres.
Les groupes comptent de quatre à quatorze adhérents dans les Cumas enquêtées. Le plus souvent, ils sont entre six et dix. D´un groupe à l´autre, la durée des tournées apparaît très variable : de 45 minutes à deux heures. Tout dépend du nombre d´adhérents, du temps de déplacement et de l´accessibilité des bâtiments. « Pour un tiers des Cuma, trois heures suffisent pour boucler le tour, pour un autre tiers, il faut compter entre trois et quatre heures, et pour le reste, plus de quatre heures sont nécessaires », précise l´animatrice. Quant au kilomètrage effectué, là aussi les écarts sont importants. De 4 km pour la tournée la plus courte à 50 km pour la plus longue, avec une moyenne à 26 km par groupe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière