Aller au contenu principal

Stocks fourragers
« Mieux vaut ensiler trop tôt que trop tard »

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, les céréales immatures sont récoltées depuis de nombreuses années avec succès.


Technicien à la chambre d´agriculture du Pas-de-Calais, Jean-Louis Knochaert nous fait part de ses vingt-cinq ans d´expérience en céréales immatures.
Pourquoi les éleveurs ensilent-ils des céréales immatures dans votre région ?
Jean-Louis Knochaert - « Deux raisons expliquent le développement de cette technique. La première est liée à la constitution de stock pour combler un déficit fourrager ponctuel. En juin, en fonction de la pousse de l´herbe et du report de stock de maïs ensilage, les éleveurs un peu juste en stock peuvent réserver deux ou trois hectares de blé pour l´ensilage. D´autres éleveurs systématisent cette pratique tous les ans. Dans ce cas, leur objectif est de ramener de la fibre dans des rations acidogènes. Ce fourrage affiche des rendements bons et réguliers ainsi qu´une valeur alimentaire correcte. A condition de respecter certaines règles. »
Quelles sont ces règles ?
J.-L. K. - « Une parcelle destinée à l´ensilage est conduite de la même façon que les autres. A la nuance près qu´il faut proscrire toute intervention fongicide ou insecticide un mois avant la date de récolte pour éviter d´éventuels résidus toxiques pour les animaux. L´autre point important concerne le choix des parcelles à ensiler. Pour avoir du rendement et de la qualité, notamment en cas de déficit fourrager, l´idéal est d´ensiler les parcelles présentant le meilleur potentiel. Pour avoir un bon ensilage, il n´y a pas de secret, il faut qu´il y ait du grain ! »
Comment se détermine le stade optimal de récolte ?
J.-L. K. - « Récolter au stade optimum est la phase la plus délicate de cette technique. Dans la région, les éleveurs ensilent généralement mi-juillet. La récolte doit se situer environ quatre semaines avant la date de battage, au stade fin laiteux-début pâteux. Entre les stades laiteux et pâteux, le grain fabrique de l´amidon et donc de l´énergie. Après le stade pâteux, la céréale se dessèche. On dispose alors de quelques jours seulement pour ensiler au stade optimum de 30-35 % de matière sèche. La danger est d´ensiler trop tard et de récolter un fourrage à plus de 40 % de matière sèche, plus difficile à tasser et donc à conserver. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière