Aller au contenu principal
Font Size

L'OP Lactalis AOP de Normandie a un contrat cadre

La déconnection du prix du lait AOP par apport au conventionnel est le principal changement introduit par le contrat cadre signé entre Lactalis et l'organisation de producteurs Lactalis AOP de Normandie(1). L'OP représente 200 exploitations pour une référence d'environ 90 millions de litres. La formule de prix est constituée à 60% d'un prix AOP. "C'est un forfait, validé pour deux ans, qui tient compte de la valorisation permise par les fromages AOP et de nos coûts de production. Les 40% restants sont une référence au prix conventionnel. Cela correspond à la valorisation des excédents : déclassement pour raison sanitaire, excédents saisonniers. C'est une première étape vers la déconnection du prix AOP. Pour améliorer la formule, il faut améliorer le taux de valorisation en AOP", développe Ludovic Podgorski, président de l'OP.

60% du prix tient compte de la valorisation en AOP

La prime AOP est conservée ; elle dépend des résultats de qualité sanitaire et d'éventuelles évolutions du cahier des charges. Elle a progressé avec l'exigence de 50% de Normandes dans le troupeau, et peut atteindre 50 €/1000 l maximum. "Pour l'instant, cela conduit à un prix total payé avec les primes d'environ 380 à 400 €/1000 l. Fin 2018, nous regarderons où en sont les marchés, le coût d'éventuelles nouvelles contraintes sanitaires... Et nous verrons s'il faut ajuster le prix."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
En système herbager, afin de pouvoir valoriser les effluents sur le maximum de surface, il est recommandé de ne couvrir que les besoins en P et K et de compléter avec de l’azote minéral.
Comment valoriser les effluents en système herbager ?
Dans les exploitations avec beaucoup d’herbe, l’enjeu est de ne pas surfertiliser la petite part de cultures au détriment des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière