Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'OP Lactalis AOP de Normandie a un contrat cadre

La déconnection du prix du lait AOP par apport au conventionnel est le principal changement introduit par le contrat cadre signé entre Lactalis et l'organisation de producteurs Lactalis AOP de Normandie(1). L'OP représente 200 exploitations pour une référence d'environ 90 millions de litres. La formule de prix est constituée à 60% d'un prix AOP. "C'est un forfait, validé pour deux ans, qui tient compte de la valorisation permise par les fromages AOP et de nos coûts de production. Les 40% restants sont une référence au prix conventionnel. Cela correspond à la valorisation des excédents : déclassement pour raison sanitaire, excédents saisonniers. C'est une première étape vers la déconnection du prix AOP. Pour améliorer la formule, il faut améliorer le taux de valorisation en AOP", développe Ludovic Podgorski, président de l'OP.

60% du prix tient compte de la valorisation en AOP

La prime AOP est conservée ; elle dépend des résultats de qualité sanitaire et d'éventuelles évolutions du cahier des charges. Elle a progressé avec l'exigence de 50% de Normandes dans le troupeau, et peut atteindre 50 €/1000 l maximum. "Pour l'instant, cela conduit à un prix total payé avec les primes d'environ 380 à 400 €/1000 l. Fin 2018, nous regarderons où en sont les marchés, le coût d'éventuelles nouvelles contraintes sanitaires... Et nous verrons s'il faut ajuster le prix."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière