Aller au contenu principal
Font Size

Matériel de traite
L´exemple d´un concessionnaire qui professionnalise le service après-vente

A la tête de la concession Ternois Motoculture, Hervé Legay mise sur les compétences de techniciens spécialisés et les contrats d´entretien pour professionnaliser le service après-vente.


« La qualité du service après-vente est primordiale pour la réputation d´une concession », déclare Hervé Legay, qui dirige Ternois Motoculture à Gauchin-Verloingt dans le Pas-de-Calais.
La société représente la marque Bou-Matic sur ce département et une partie de la Somme. Outre le matériel de traite et de froid à la ferme, elle distribue aussi du matériel agricole et d´entretien des espaces verts avec une équipe différente pour chaque activité.
Dans le secteur, les troupeaux atteignent facilement 60 à 80 vaches et les salles de traite en 2x6 ou 2x8 postes sont courantes.

« Généralement, les agriculteurs nous contactent directement quand ils ont un projet d´investissement, remarque Hervé Legay. Seules 10 % des ventes sont faites par le démarchage. Les éleveurs ont déjà une idée du type d´installation qu´ils souhaitent, en termes de nombre de postes et de type de stalle. Notre commercial discute avec eux de l´implantation dans le bâtiment et de l´aménagement de celui-ci. Les éleveurs attachent beaucoup d´importance aux conseils que nous leur apportons sur l´ensemble des paramètres autour de la salle de traite : le logement et la circulation des animaux, la gestion des lisiers, la ventilation, l´abreuvement, l´installation électrique. De nombreux points participent à la réussite d´une installation ou d´un aménagement de bâtiment. La traite est un élément qui doit être intégré parmi le reste. Notre métier a beaucoup évolué. Nous sommes des spécialistes de la traite, mais nous devons aussi être spécialistes de tout ce qui tourne autour de l´élevage. C´est ça notre vraie valeur ajoutée. »
L´entretien des installations de traite est assuré par une équipe dédiée à cette activité. ©D. Lucas

Un développement des contrats d´entretien
L´entreprise se charge aussi du suivi des maçonneries, qui posent de plus en plus de problèmes depuis quelques temps. « Beaucoup de chantiers prennent du retard car les agriculteurs n´arrivent pas à trouver de maçons disponibles. Certaines installations achetées il y a un an, par exemple, ne sont pas encore montées. »
Le service après-vente est assuré par une équipe dédiée à cette activité, qui se charge aussi des contrôles annuels des installations de traite. « Les soirs et week-ends, je réceptionne moi-même les appels téléphoniques et j´envoie un technicien sur place si nécessaire. »
Beaucoup de dépannages se font également directement par téléphone.

Depuis six ans, Ternois Motoculture propose aussi des contrats d´entretien. Le contrat comprend l´entretien, le contrôle annuel et un forfait pour deux dépannages gratuits dans l´année, et donne droit à une remise de 5 % sur les pièces. Le contrat est adapté à la taille de chaque installation. Les techniciens le proposent souvent aux clients à l´occasion du contrôle annuel. « Cette formule a beaucoup de succès auprès des agriculteurs, constate Hervé Legay. Et comme nous faisons de l´entretien préventif, cela diminue le nombre de pannes. Nous développons aussi notre activité de consommables. La plupart des agriculteurs le comprennent, car c´est notre moyen de valoriser nos interventions de maintenance pour éviter de charger les frais de déplacement. C´est ce que nous voulons pérenniser. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière