Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Santé animale
Les plans de traitement sont les outils d´avenir

La qualité du lait est liée à l´état de santé des animaux. A l´avenir, il faudra être capable de répondre aux attentes de la société.


« Comment produire du lait de qualité avec une partie des animaux malades, donc porteurs de germes et consommateurs de médicaments ? C´est le défi auquel sont confrontés les éleveurs et les vétérinaires. Or aujourd´hui, de multiples pathologies sont encore considérées par les éleveurs comme n´interférant pas avec la qualité du lait », a déploré Luc Durel, vétérinaire de la SNGTV (1) lors du premier colloque lait Normandie sur les « Enjeux et perspectives pour l´élevage laitier demain ». Trop souvent, on ne pense qu´aux mammites : pourtant les diarrhées, les maladies génitales, les maladies de peau et les maladies générales ont, elles-aussi, une incidence sur la qualité du lait. « L´origine de toutes les diarrhées et de tous les avortements devrait être élucidée, et les diagnostics et traitements consignés », conseille-t-il.

Quant aux exploitations dont le lait est transformé à l´état cru, elles devraient toutes être munies d´un programme de surveillance et de prévention des infections à Listeria, salmonelles, colibacilles et staphylocoques (qui sont transmissibles par voie alimentaire). Les mammites, principale cause d´altération de la qualité du lait, devraient dans toutes les exploitations laitières faire l´objet d´un programme écrit et actualisé de détection, de prévention et de traitement (action GTV partenaire).
Le registre sanitaire d´élevage apparaît aujourd´hui indispensable pour justifier l´utilisation des médicaments. Et « les plans de traitement sont des outils d´avenir », affirme Luc Durel. Car à l´avenir, la société demandera des comptes sur l´utilisation des médicaments en élevage. « Le risque majeur est une réduction drastique de l´accès aux médicaments vétérinaires : réduction de l´arsenal thérapeuthique, renforcement des mesures de prescription, suppression de canaux de distribution ».

(1) lors d´un colloque organisé par le Contrôle laitier de Normandie avec deux sociétés partenaires RAGT et Pfizer.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Un premier vaccin contre les mammites à Streptococcus uberis
Le principe du vaccin du laboratoire Hipra est d'empêcher le germe d’adhérer à l’épithélium mammaire et de s'organiser en biofilm.
Vignette
Bovins : La teigne est une zoonose de saison
Les bâtiments surpeuplés, manquant de luminosité et de ventilation, trop humides sont des conditions favorisant l’apparition de…
Vignette
L’acupuncture soigne aussi les bovins
Issue de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture vise à renforcer l’équilibre général de l’animal pour l’aider à…
Vignette
Pâturage : attention aux diarrhées au printemps !

Youpi ! C'est le printemps. L'herbe est abondante et pousse dru, les vaches sont impatientes de…

Vignette
Délégation des génisses : limiter les risques sanitaires
Un protocole de suivi sanitaire est proposé par le GDS de Bretagne aux naisseurs et aux éleveurs de génisses pour réduire les…
Vignette
Pourquoi ma vache bave-t-elle ?

Au début, c’est un petit filet de salive qui s’échappe de la commissure des lèvres ou un peu de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière