Aller au contenu principal

Les mesures protectionnistes canadiennes mises à mal

Le nouvel accord commercial USA-Mexique-Canada, trouvé fin septembre,  a un impact important pour le secteur laitier canadien. Le Canada a dû céder aux exigences américaines sur de nombreux points. Le premier est la suppression des classes de prix du lait 6 et 7. Ce dispositif, mis en place il y a trois ans, permet aux transformateurs canadiens d’exporter des poudres de lait à bas prix sur le marché mondial, alors que le prix du lait au Canada est très supérieur au prix mondial. L’Union européenne, la Nouvelle-Zélande et l’Australie étaient associés aux Etats-Unis pour réclamer la suppression de cette classe 7 qui se traduit par une concurrence déloyale. Le Canada s’engage aussi à ce que les prix des protéines laitières sur le marché canadien ne tombent pas en dessous du prix américain. Ce qui devrait permettre l’importation par l’industrie fromagère canadienne de laits ultra-filtrés des Etats frontaliers des USA. Le Canada accepte par ailleurs des restrictions à l’exportation sur ses poudres de lait et ses laits infantiles. Et il accepte d’ouvrir des quotas annuels d’importations de fromages et de lait liquide. Ces concessions de marché seront étalées sur six ans, à compter de l’entrée en vigueur de l’accord. La pilule a du mal à passer auprès de l’organisation des producteurs de lait du Québec. « La gestion de l’offre est maintenue, mais une fois de plus affaiblie. Comment ne pas se sentir trahis ? »

A. C.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière