Aller au contenu principal

Les mesures protectionnistes canadiennes mises à mal

Le nouvel accord commercial USA-Mexique-Canada, trouvé fin septembre,  a un impact important pour le secteur laitier canadien. Le Canada a dû céder aux exigences américaines sur de nombreux points. Le premier est la suppression des classes de prix du lait 6 et 7. Ce dispositif, mis en place il y a trois ans, permet aux transformateurs canadiens d’exporter des poudres de lait à bas prix sur le marché mondial, alors que le prix du lait au Canada est très supérieur au prix mondial. L’Union européenne, la Nouvelle-Zélande et l’Australie étaient associés aux Etats-Unis pour réclamer la suppression de cette classe 7 qui se traduit par une concurrence déloyale. Le Canada s’engage aussi à ce que les prix des protéines laitières sur le marché canadien ne tombent pas en dessous du prix américain. Ce qui devrait permettre l’importation par l’industrie fromagère canadienne de laits ultra-filtrés des Etats frontaliers des USA. Le Canada accepte par ailleurs des restrictions à l’exportation sur ses poudres de lait et ses laits infantiles. Et il accepte d’ouvrir des quotas annuels d’importations de fromages et de lait liquide. Ces concessions de marché seront étalées sur six ans, à compter de l’entrée en vigueur de l’accord. La pilule a du mal à passer auprès de l’organisation des producteurs de lait du Québec. « La gestion de l’offre est maintenue, mais une fois de plus affaiblie. Comment ne pas se sentir trahis ? »

A. C.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière