Aller au contenu principal

Les mesures protectionnistes canadiennes mises à mal

Le nouvel accord commercial USA-Mexique-Canada, trouvé fin septembre,  a un impact important pour le secteur laitier canadien. Le Canada a dû céder aux exigences américaines sur de nombreux points. Le premier est la suppression des classes de prix du lait 6 et 7. Ce dispositif, mis en place il y a trois ans, permet aux transformateurs canadiens d’exporter des poudres de lait à bas prix sur le marché mondial, alors que le prix du lait au Canada est très supérieur au prix mondial. L’Union européenne, la Nouvelle-Zélande et l’Australie étaient associés aux Etats-Unis pour réclamer la suppression de cette classe 7 qui se traduit par une concurrence déloyale. Le Canada s’engage aussi à ce que les prix des protéines laitières sur le marché canadien ne tombent pas en dessous du prix américain. Ce qui devrait permettre l’importation par l’industrie fromagère canadienne de laits ultra-filtrés des Etats frontaliers des USA. Le Canada accepte par ailleurs des restrictions à l’exportation sur ses poudres de lait et ses laits infantiles. Et il accepte d’ouvrir des quotas annuels d’importations de fromages et de lait liquide. Ces concessions de marché seront étalées sur six ans, à compter de l’entrée en vigueur de l’accord. La pilule a du mal à passer auprès de l’organisation des producteurs de lait du Québec. « La gestion de l’offre est maintenue, mais une fois de plus affaiblie. Comment ne pas se sentir trahis ? »

A. C.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le tournesol se montre moins souple qu’un maïs pour une récolte au stade optimal. Ici, le stade apparaît un peu dépassé. Seuls les deux premiers étages foliaires devraient être sénescents.
L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer
La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une…
La contractualisation de la viande issue du cheptel laitier, c’est maintenant
À compter du 1er janvier 2023, la contractualisation voulue par la loi Egalim 2 devient obligatoire pour les vaches de…
Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
Les trésoreries des exploitations laitières du Grand Ouest sont préoccupantes
L’Observatoire de l’endettement et des trésoreries montre une situation 2021 meilleure que 2020 en moyenne pour les éleveurs…
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Malgré la baisse des cotations laitières, le prix du lait continue de progresser légèrement dans certaines laiteries. Les prix…
La protection des races menacées reste au programme des MAEC pour la PAC 2023-2027, comme la  froment du Léon.
Pac : Ne pas louper les MAEC !
Si vous avez peu d’efforts à fournir pour entrer dans une MAEC, il serait dommage de passer à côté. Les éleveurs bio auront…
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
En Normandie, Danone revalorise le prix du lait
Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière