Aller au contenu principal

Elevage bovin
Le marché à terme, une autre façon d´acheter son tourteau

S´initier aux marchés à terme, c´est avant tout accéder à une meilleure connaissance des marchés pour se garantir contre la volatilité des cours.


Acheter son tourteau de soja sur le marché à terme, pourquoi pas ? Les céréaliers ont déjà compris l´intérêt des marchés financiers et les éleveurs de porcs ont emboîté le pas. La société Offre et Demande Agricole, experte en la matière, propose des formations aux exploitants pour les initier aux rouages des marchés à terme. Entretien avec Renaud de Kerpoisson, son directeur.

Quel est le principe du marché à terme ?
Renaud de Kerpoisson - Le marché à terme est un marché financier, sur lequel il n´y a pas de réel échange de marchandises. Il se distingue du marché physique, de gré à gré, où les intervenants se connaissent. Les marchés à terme sont des indicateurs économiques qui donnent de la transparence au marché. Ils ne cotent pas les produits au cours du jour mais fournissent une indication sur les prix qu´il sera possible d´obtenir dans six mois ou un an.
Acheter son tourteau sur le marché à terme consiste en fait à passer un contrat à un prix donné pour une livraison dans plusieurs mois, tout en sachant que la marchandise ne sera pas physiquement livrée. L´éleveur va en effet revendre son contrat lorsqu´il s´approvisionnera réellement en tourteau auprès de sa coopérative ou de son négoce habituel.
Si les cours ont monté, l´éleveur paiera son tourteau plus cher, mais il engrangera une plus-value sur le marché financier. Si au contraire, les cours ont baissé, il achètera son tourteau meilleur marché, mais il y aura une moins-value sur le marché financier. Par ce mécanisme, les gains et les pertes d´argent sur les deux marchés s´annulent.

Quel est l´intérêt pour les éleveurs ?
R. de K. - L´intérêt est de garantir aux exploitants un prix d´achat du tourteau longtemps à l´avance. Les éleveurs peuvent ainsi gérer leur approvisionnement en tourteau sans risque de fluctuation des cours. Ils s´engagent pour une quantité donnée, à un prix donné et pour une livraison différée. Grâce à des mécanismes financiers (couvertures et options), ce prix d´achat leur est garanti.
A l´avenir, avec l´agrandissement des structures et un contexte économique plus tendu, je pense que de plus en plus d´éleveurs vont s´intéresser à ces outils financiers pour sécuriser leur marge.

Comment faire pour se lancer ?
R. de K. - La priorité, c´est d´abord de bien se former. Pour les éleveurs, les marchés à terme représentent quelque chose d´abstrait, qui leur fait peur. L´initiation aux marchés à terme leur permet de mieux appréhender l´information de marché.
Cependant, une formation de quelques jours ne suffit pas. On ne se lance pas sur les marchés à terme du jour au lendemain. Il faut consacrer du temps pour continuer de se familiariser avec les rouages du système. Dans la pratique, pour acheter sur les marchés financiers, les exploitants passent généralement par des intermédiaires telles que les banques, les courtiers, ou les coopératives, qui couvrent déjà des positions sur ces marchés.
Dernier conseil aux éleveurs : fixez-vous un objectif de prix d´achat qui vous semble raisonnable et conservez-le sans tenter de coup de pocker ! N´oublions pas que l´objectif n´est pas de spéculer sur le prix du soja !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière