Aller au contenu principal

L'Abondance mène de front progrès et variabilité génétique

La race Abondance bénéficie de la sélection génomique depuis 2015. Depuis, l’offre génétique se compose d’une vingtaine de jeunes taureaux et d’une dizaine de taureaux confirmés sur descendance. Lors des deux dernières campagnes, les jeunes taureaux représentent près de 70 % des inséminations. « Chaque année, la gamme des taureaux est fortement renouvelée afin de faire baisser le taux de consanguinité, très élevé dans la race », précise Jean-Philippe Chesney, de l’organisme de sélection Osrar.

Les vingts jeunes taureaux proposés cette année ont été choisis sur une base de sélection de 600 mères à taureaux et 180 mâles génotypés. Ils illustrent l’accélération du progrès génétique avec un ISU moyen de 127, un index lait de 475 kg, une morphologie à 111 avec 109 en mamelle. Et les taux sont positifs : TB = +0,7 et TP = +0,4. 

Attention cependant, la précision de leurs index est assez faible (CD de 50-55). Par ailleurs, ils ne possèdent pas d’index facilité de naissance. La variabilité génétique est au rendez-vous. « Ces taureaux sont issus de seize pères et treize grands-pères paternels différents. »

Hezet, le plus complet des taureaux confirmés sur descendance

Cette gamme est complétée par neuf taureaux génotypés et confirmés sur descendance. Parmi eux, figure un rescapé. « Non retenu dans un premier temps, Hezet (127 d’ISU) avait ensuite intégré la gamme des jeunes taureaux en 2015 lorsque ses index génomiques avaient été connus. » Ses points forts sont la mamelle (116), avec notamment 119 en attache avant. « Pour un fils de Picotin, il est correct en corps (104). » C’est le seul taureau confirmé complet. Cette gamme s’illustre en effet par un bon niveau génétique mais avec des taureaux au profil souvent extrême.

Irred (Ardechois, 121), par exemple, culmine à 1 250 kg en lait avec en contrepartie des taux très négatifs (TB = -5 ; TP = -1,7). Jean-Philippe Chesney attire l’attention sur Ionesco (Ardechois, 120) pour la qualité des mamelles (113) et son index cellules (+1,7). Comme Irred, il dégrade les taux, certes moins fortement (TB = -0,8 ; TP = -0,7), mais sans avoir son potentiel laitier (308 kg).

Ces taureaux confirmés avaient été choisis lors de leur mise en testage sur une base réduite de mâles (20 sur 35). À partir des veaux nés en 2016, le tri des jeunes taureaux a porté sur 180 taurillons. « Tous les candidats présentant des profils extrêmes avec des défauts marqués n’ont pas été retenus. De bon augure pour les prochaines sorties. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Monotraite : nous y sommes passés cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
L'inconvénient du chemin cailloux et sable en couche de finition, est qu'il demande un entretien régulier.
Les matériaux à privilégier pour vos chemins de pâturage
Des matériaux disponibles sur l'exploitation et à proximité : telle est l’option à privilégier pour vos chemins de pâturage. Mais…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière