Aller au contenu principal

L'Abondance mène de front progrès et variabilité génétique

La race Abondance bénéficie de la sélection génomique depuis 2015. Depuis, l’offre génétique se compose d’une vingtaine de jeunes taureaux et d’une dizaine de taureaux confirmés sur descendance. Lors des deux dernières campagnes, les jeunes taureaux représentent près de 70 % des inséminations. « Chaque année, la gamme des taureaux est fortement renouvelée afin de faire baisser le taux de consanguinité, très élevé dans la race », précise Jean-Philippe Chesney, de l’organisme de sélection Osrar.

Les vingts jeunes taureaux proposés cette année ont été choisis sur une base de sélection de 600 mères à taureaux et 180 mâles génotypés. Ils illustrent l’accélération du progrès génétique avec un ISU moyen de 127, un index lait de 475 kg, une morphologie à 111 avec 109 en mamelle. Et les taux sont positifs : TB = +0,7 et TP = +0,4. 

Attention cependant, la précision de leurs index est assez faible (CD de 50-55). Par ailleurs, ils ne possèdent pas d’index facilité de naissance. La variabilité génétique est au rendez-vous. « Ces taureaux sont issus de seize pères et treize grands-pères paternels différents. »

Hezet, le plus complet des taureaux confirmés sur descendance

Cette gamme est complétée par neuf taureaux génotypés et confirmés sur descendance. Parmi eux, figure un rescapé. « Non retenu dans un premier temps, Hezet (127 d’ISU) avait ensuite intégré la gamme des jeunes taureaux en 2015 lorsque ses index génomiques avaient été connus. » Ses points forts sont la mamelle (116), avec notamment 119 en attache avant. « Pour un fils de Picotin, il est correct en corps (104). » C’est le seul taureau confirmé complet. Cette gamme s’illustre en effet par un bon niveau génétique mais avec des taureaux au profil souvent extrême.

Irred (Ardechois, 121), par exemple, culmine à 1 250 kg en lait avec en contrepartie des taux très négatifs (TB = -5 ; TP = -1,7). Jean-Philippe Chesney attire l’attention sur Ionesco (Ardechois, 120) pour la qualité des mamelles (113) et son index cellules (+1,7). Comme Irred, il dégrade les taux, certes moins fortement (TB = -0,8 ; TP = -0,7), mais sans avoir son potentiel laitier (308 kg).

Ces taureaux confirmés avaient été choisis lors de leur mise en testage sur une base réduite de mâles (20 sur 35). À partir des veaux nés en 2016, le tri des jeunes taureaux a porté sur 180 taurillons. « Tous les candidats présentant des profils extrêmes avec des défauts marqués n’ont pas été retenus. De bon augure pour les prochaines sorties. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière