Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
La qualité sanitaire des co-produits de biocarburants en question

Les fabricants d´aliments veulent mieux connaître les risques sanitaires liés aux co-produits des biocarburants.


Les industriels de la nutrition animale, regroupés dans le Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia), s´interrogent sur les perspectives de valorisation des co-produits de biocarburants dans l´alimentation animale. « Leur développement va modifier en profondeur nos profils d´approvisionnements en matières premières », a indiqué le syndicat lors de sa dernière assemblée générale. Mais ces co-produits doivent d´abord montrer leur innocuité. Pour s´en assurer, la commission Matières premières, regroupant différents professionnels du secteur, travaille sur trois axes majeurs. Le premier vise à une amélioration continue de la qualité sanitaire des tourteaux, notamment au regard du risque salmonelles, à travers des échanges réguliers avec les triturateurs.
Environ 1,1 million de tonnes de tourteaux de colza, 900 000 tonnes de drêches de céréales supplémentaires sont attendues d´ici 2010. ©DR

Le risque mycotoxines
Le second axe de recherche concerne le glycérol. Comme le tourteau de colza, le glycérol est un co-produit du diester (voir encadré ci-dessous). Encore peu utilisé dans l´alimentation animale, il mérite d´être étudié de près. L´objectif est de « mieux caractériser les process de fabrication, ainsi que les produits qui en découlent et les dangers associés ». « Après un recensement de l´existant, les travaux engagés devraient déboucher fin 2007 sur la mise en place d´un cahier des charges professionnel spécifique à ce produit », souligne le Snia. Ce groupe travaille en lien avec Tecaliman en ce qui concerne la caractérisation technologique des produits.
Enfin, le dernier volet s´intéresse aux co-produits du bioéthanol, essentiellement les drêches de blé et de maïs. « Nous développons des contacts avec les fournisseurs de co-produits de bioéthanol , notamment à travers des associations qui les regroupent, afin de les encourager à la mise en place de guides de bonnes pratiques d´hygiène professionnels et étudier leurs moyens de maîtrise des mycotoxines ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière