Aller au contenu principal

La production laitière mondiale ralentit sa progression

En 2009, l’élément marquant a été la stagnation de la production aux États-Unis recentrés sur leur marché intérieur. Tandis que la Nouvelle-Zélande a vu ses exportations s’envoler.

© Institut de l’élevage d’après FAO-Fil

En 2009, la production laitière mondiale a franchi le seuil de 700 millions de tonnes toutes espèces confondues. Elle a progressé moins rapidement (+1,2%) que les années précédentes. « L’élément marquant est le renversement de tendance aux Etats-Unis avec une stabilisation de la production laitière », souligne Gérard You du Groupe économie bovine de l’Institut de l’élevage. La dégradation de la conjoncture jusqu’à la mi-2009 a stoppé le dynamisme de la production qui était en progression régulière depuis 2001. Le prix du lait a chuté de 40 % entre mi-2008 et mi-2009 (179 €/t), avec une moyenne 2009 à 200 €/t. L’USDA prévoit en 2010 une poursuite de la baisse de 3 % du cheptel laitier et un léger tassement de 1 % de la production, malgré une hausse attendue de 30 % du prix du lait.

Le retour en force de la Nouvelle- Zélande a retardé la reprise des cours

La Nouvelle-Zélande est par contre un pays très présent en 2009: sa production (près de 17 millions de tonnes) a augmenté. Et ses exportations, du fait d’importants stocks (bradés) à écouler, ont énormément progressé, + 37 % en volume pour dépasser 2 millions de tonnes. Elle conforte sa place de premier exportateur de poudres grasses et de beurre, et récupère la première place pour les poudres maigres. En Australie, la production a par contre à nouveau reculé de 3 % en 2009 à cause de la sécheresse. En Chine, la production a subi un tasse ment exceptionnel en 2009 après une longue période de forte croissance. La crise de confiance provoquée par la contamination du lait à la mélanine en est responsable: la restructuration a probablement été importante et le pays est devenu très déficitaire. La consommation s’est rétablie grâce aux importations qui ont bénéficié essentiellement à la Nouvelle- Zélande. En Inde, premier pays producteur laitier au monde avec 113 millions de tonnes, la production est restée insensible aux soubresauts de la conjoncture mondiale et a poursuivi sa progression au rythme annuel de 4 % par an. L’Amérique latine n’a pas été particulièrement dynamique. La prodution a été très réactive au prix au Brésil. Comme les Etats- Unis, ce pays a connu un reflux de ses exportations et s’est recentré sur le marché intérieur. Quant à la collecte européenne, elle s’est globalement stabilisée en 2009 malgré des évolutions très contrastée entre pays.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière