Aller au contenu principal
Font Size

Elevage laitier
La monotraite apporte peu de gain de temps mais une organisation assouplie

D´après une simulation, la monotraite sur toute la lactation peut constituer un gouffre financier. La monotraite est intéressante pour se dégager du temps sur de courtes périodes.


L´Enitac et l´Inra se sont penchés sur l´impact, en matière d´économie et de temps de travail, de la monotraite sur une lactation complète et sur trois mois d´été (seconde moitié de la lactation). Les chercheurs ont simulé ce qui se passerait si on l´appliquait à dix exploitations fromagères du Cantal et du Puy-de-Dôme. «Sur ces exploitations, traire une fois par jour sur toute la lactation ne présente pas d´intérêt», expose Gilles Brunschwig, de l´Enitac. A effectif constant, la perte économique est trop importante (-99 à -26 % d´EBE), même si la monotraite permet de dégager du temps. Cette perte est d´autant plus importante que la part du lait dans le revenu est élevée et que la part transformée en fromage est faible. Pour compenser la perte de lait, l´éleveur devrait augmenter son effectif d´environ 30 %, ce qui représente plus d´aliment, plus de travail, plus de place pour loger les nouvelles vaches...

Au final, le temps consacré aux animaux supplémentaires correspondrait au temps dégagé par l´omission d´une traite. Par contre, pendant la période de monotraite, l´organisation du travail serait assouplie.
La simulation de la monotraite sur trois mois montre des résultats contrastés. A effectif constant, l´EBE diminue de 3 à 13 %. Par contre, la monotraite permet de dégager du temps. A cheptel accru, pour maintenir la production de lait, la simulation montre qu´il faudrait de 1 à 3 vaches supplémentaires (pour des cheptels de 24 à 90 vaches laitières). L´EBE est peu modifié (-3 à +3 %). Le gain de temps est limité par l´acquisition de nouvelles bêtes, mais durant la monotraite, l´éleveur n´a plus l´astreinte d´une traite. Il peut finir un chantier sans avoir à s´interrompre et à faire des aller-retour avec son matériel.
Une autre simulation a été réalisée avec vingt exploitations du Puy-de-Dôme et du Cantal, pour des durées de monotraite de 1, 4, 7 et 13 semaines.
©S. Grente


Eviter la monotraite en début de lactation
Le nombre d´animaux supplémentaires destinés à compenser la baisse de la production laitière est bien entendu fonction de la durée d´application de la monotraite. Pour une durée d´une semaine, le calcul donne toujours moins d´une demi vache. Ainsi, en cas d´urgence, l´éleveur peut passer à une traite sur une semaine sans avoir à augmenter son cheptel pour réaliser sa production.

Mais l´augmentation du troupeau se fait aussi en fonction du niveau de production : plus les vaches sont faibles productrices, plus la baisse de production est importante. Par ailleurs, si la monotraite a lieu en fin de lactation et que les vêlages sont groupés, la baisse de production laitière est réduite à l´échelle du troupeau. Avec des Montbéliardes, la baisse de production est moindre qu´avec des Prim´Holsteins. D´où des résultats variables selon les exploitations.
La simulation montre que dans le cas d´une monotraite appliquée en début de lactation (7 semaines en hiver), le besoin en animaux supplémentaires est plus important, puisque la production laitière est plus affectée. La perte économique est plus accentuée, et supérieure à celle calculée pour une monotraite sur trois mois d´été.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière