Aller au contenu principal

La mélangeuse qui déclenche du conseil

Depuis deux ans, les données générées par les mélangeuses Keenan sont transférées automatiquement à une plateforme web. Une technologie qui améliore la réactivité du conseil.

La mélangeuse équipée du boîtier in Touch transmet en temps réel les paramètres de la ration à la plateforme web qui peut déclencher des alarmes en cas d’écart sur certains critères clés.
© Keenan

Keenan s’est construit son image sur la structure physique des rations confectionnées par ses mélangeuses et sur le conseil en matière de rationnement, en direct avec des nutritionnistes. « Depuis les années 1990, nous enregistrons l’efficacité alimentaire et la marge sur coût alimentaire chez nos clients. Nous détenons l’une des plus grandes bases de données au monde sur la nutrition des ruminants et les rations mélangées. Nous éditons à intervalles réguliers tout un ensemble de critères qui, autrefois, étaient faxés et, aujourd’hui, sont entièrement automatisés », explique François Derot, directeur de Keenan France. Les technologies numériques ont complètement révolutionné le conseil en nutrition apporté par le constructeur irlandais. Depuis deux ans, les données sont transmises tous les jours à une plateforme web (in Touch) par le réseau mobile. Si un écart est constaté entre la ration distribuée et la composition recommandée sur certains critères clés, l’éleveur est contacté par un nutritionniste de la plateforme in Touch.. Le référent alimentation qu’il a désigné (Keenan ou autre) peut aussi être sollicité pour réaliser une visite. Les corrections sont ainsi apportées avant l’apparition d’un problème. Lorsque la ration est modifiée, les données font le chemin inverse en temps réel, de la plateforme vers le boîtier de la mélangeuse.

Technologie à disposition de partenaires

« Lorsqu’elles sont simples à utiliser, les éleveurs apprécient les technologies numériques, d’abord pour la simplification du travail et la sécurité des résultats et, ensuite, pour l’analyse technico-économique », assure François Derot. Quelque 1 000 éleveurs sont abonnés au service (coût de 1 000 € par an). Les éleveurs peuvent également se comparer entre eux au sein de groupes régionaux ou par race. Aujourd’hui, cependant, les données de production (quantité de lait, taux, prix du lait) doivent encore être saisies par l’éleveur ou son conseiller nutrition. « Ce serait mieux de pouvoir récupérer directement ces données. Techniquement, ce serait possible, mais c’est une question de bon vouloir », regrette François Derot.

Keenan met désormais sa technologie numérique à disposition de partenaires extérieurs. Notamment des fabricants d’aliments. Le Gouessant en Bretagne est le premier à l’avoir adoptée. La coopérative équipera les mélangeuses de ses clients du boîtier de transfert de données in Touch et créera sa propre plateforme animée par ses nutritionnistes. Le boîtier s’adapte sur les autres marques de mélangeuse mais sans les fonctionnalités de fabrication de la ration spécifiques à Keenan.

« Le data laisse une large place à l’humain »

D’autres partenariats avec des entreprises de nutrition sont en discussion. Des laiteries sont également intéressées. Elles y voient plusieurs avantages : « améliorer l’efficacité alimentaire pour réduire l’impact carbone de la production, avoir une traçabilité totale de l’alimentation des animaux ». « in Touch est une plateforme pour le transfert de data. On peut y connecter tout ce qui produit de la donnée sur une exploitation », assure François Derot. Alltech, qui est désormais la maison mère de Keenan, s’intéresse également à cette technologie. « Envoyer une alarme à un éleveur a une valeur mais lui donner la possibilité de discuter avec un spécialiste décuple l’efficacité du système, ajoute le directeur de Keenan France. Notre expérience nous montre que le data laisse une large place à l’humain. Il ne court-circuite pas le conseiller mais lui permet d’être plus pointu et plus réactif dans une relation plus transparente. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière