Aller au contenu principal
Font Size

Arla Foods
La coopérative scandinave tisse sa toile

Fruit de la fusion des coopératives suédoise Arla et danoise MD Foods en 2000, Arla Foods n’a depuis cessé de s’étendre. Elle compte aujourd’hui 12 700 adhérents dans sept pays et collecte 13,4 milliards de litres de lait.

Quels sont les enjeux pour Arla Foods aujourd’hui ?

Arla Foods - Avoir le meilleur prix du lait possible pour nos adhérents. Le paiement aux associés coopérateurs d’un prix équitable et concurrentiel pour le lait nous permet d’attirer un plus grand nombre d’éleveurs et leur donne des opportunités de développement. Pour obtenir ce prix du lait attractif, il nous faut investir dans l'innovation, la conquête de nouveaux marchés, développer de nouveaux produits à forte valeur ajoutée. Cela permet aussi d'assurer un approvisionnement sûr et efficace en matière première. C’est un cercle vertueux. Le prix du lait est, pour tous nos adhérents, basé sur nos performances et nos prévisions de résultat. Et nous avons récemment harmonisé le paiement du lait à la composition et la qualité dans les différents pays où nous collectons.

Notre coopérative est en pleine expansion. Au cours des cinq dernières années, nous avons réalisé six fusions en Europe centrale, au Royaume-Uni et en Suède. Ces dernières années ont été consacrées à l’harmonisation des différentes entreprises et à la création de synergies. Dans notre projet « good growth 2020 », nous allons faire passer cette unité nouvelle au niveau supérieur. Les investissements dans nos marques et la communication vont être renforcés. Notre chaîne logistique va elle aussi gagner en efficience. Notre objectif est de mettre en place un pool global de lait en Europe pour assurer une meilleure utilisation par l’ensemble de nos sites. Nous avons planifié des économies à hauteur de 400 millions d’euros d’ici fin 2019.

La volatilité des marchés a impacté Arla en 2015, le prix du lait est estimé 100 euros inférieur à celui de 2014 (417 €/1000 litres). Nous sommes confiants dans le fait que le déséquilibre du marché mondial du lait n’est que temporaire. L'augmentation de la collecte au niveau d'Arla est de 2 à 3% pour le moment. C'est une augmentation que nous pouvons gérer avec nos capacités de transformation actuelles, grâce aux investissements importants que nous avons réalisés.

Que faites-vous pour être là demain ?

Arla Foods - Une part de plus en plus importante de notre croissance est enregistrée sur des marchés extérieurs aux pays d’origine d’Arla en Europe. Dans les cinq prochaines années, nous pensons que la moitié de notre croissance sera hors UE. Notre stratégie consiste à répartir les risques entre ces différents débouchés. En 2014, nous avons été forcés de réduire les activités d’Arla en Russie, mais, en contrepartie, nous nous sommes tournés vers de nouveaux marchés.

Au fil des ans, Arla a construit une position forte dans le nord de l’Europe où nous sommes l’entreprise laitière préférée des consommateurs. Au Moyen-Orient, nos marques sont parmi les plus fortes de l’industrie alimentaire. Le Moyen-Orient et l’Afrique constituent l’un des principaux centres de croissance dans le monde, avec un potentiel important pour le secteur alimentaire. Notre présence de longue date dans la région offre à Arla un avantage concurrentiel.

Nous avons axé nos actions de développement sur nos marques en Europe et sur de nouveaux marchés en croissance hors Union européenne. Ainsi, nous avons décidé de cibler six régions du monde et d'y axer nos investissements : Europe (Royaume-Uni, Suède, Danemark et Allemagne), Moyen-Orient, Chine, Russie, Nigéria et États-Unis. Cela ne signifie pas que nous abandonnons les autres marchés.

Par ailleurs, depuis 2014, Arla cède progressivement ses activités hors production laitière pour se recentrer sur son cœur de métier, le lait. Nous travaillons pour que nos produits soient bien en phase avec les attentes des consommateurs. Ce travail nous a permis d’identifier des opportunités de croissance pour huit catégories de produits : beurre, fromages à tartiner, fromages de spécialité, boissons à base de lait, yaourts, lait et poudre de lait, mozzarella et les ingrédients laitiers, notamment les protéines. Nous cherchons une performance maximale dans ces catégories, avec des produits innovants, une chaîne d’approvisionnement optimisée, un marketing offensif et des partenariats forts avec nos clients.

Comment s’organise la gouvernance de la coopérative ?

Arla Foods  - Nous sommes détenus par nos producteurs de lait. Chaque pays possède sa propre structure démocratique. Il existe quatre comités nationaux dans nos quatre grandes régions de production : Danemark, Suède, Royaume-Uni et Europe centrale. Cette dernière région couvre l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. Ils assurent l’influence démocratique des associés coopérateurs dans tous les pays. Pour Hansa Arla Milch eG, Milko, la MUH, Euregio Arla Genossenschafts Molkerei Walhorn et Milk Link, ce sont les coopératives qui adhèrent à Arla et non directement les producteurs.

Le bureau des représentants est l’organe de décision d’Arla. Il se réunit au moins trois fois par an. Il comprend 179 membres, dont 169 adhérents et 10 représentants du personnel. Le conseil d’administration est composé de 17 agriculteurs élus, ainsi que de quatre représentants du personnel. Des sous-comités du conseil d’administration ont été créés pour traiter les questions touchant de près les exploitants laitiers et les sujets spécifiques à chaque pays. Le programme d’assurance de la qualité Arlagården, le lait bio et la formation des associés coopérateurs sont autant de sujets qui tiennent particulièrement à cœur à nos associés coopérateurs.

Assurer le meilleur prix du lait

Un développement éclair au Royaume-Uni

"Aujourd’hui, Arla est la première entreprise laitière au Royaume Uni, en chiffre d’affaires et en collecte de lait. C’est aussi le plus grand fournisseur de beurre et de fromage du pays. En 2014, nous avons acquis 300 millions litres supplémentaires. Sur deux ans, quelque 2 800 nouveaux associés coopérateurs britanniques nous ont rejoints et, d’ici 2015, près de 20 % du lait d’Arla sera britannique. La collecte de lait est d’environ 3,2 milliards de litres auprès de 3 200 associés coopérateurs, et le chiffre d’affaires de 2 milliards de livres.

Les liens entre Arla Foods et le Royaume-Uni ont débuté dans les années 2000, quand le beurre à marque Lurpak a été introduit sur le marché britannique. L’activité de lait de consommation s'est construite à partir d’acquisitions depuis 1990, en complément d’activités existantes en fromage et en beurre. Le moment clé a eu lieu en 2003, avec la fusion avec Express Dairy plc. Les premières années d’Arla Foods UK plc ont vu l’entreprise renforcer le positionnement de ses marques, construire des relations avec les producteurs de lait et développer un leadership technologique. Ce développement inclut la construction de l’usine de Stourton, une des usines les plus à la pointe en Europe. Arla Foods UK plc possède plusieurs marques phares du marché britannique : Cravendale, Anchor, Lurpak et Castello."

Chiffres clés

12 700 éleveurs laitiers adhérents, 25% en Suède, 23% au Danemark, 21% en Allemagne, 21% au Royaume Uni, 7% en Belgique, 2% au Luxembourg et 1% aux Pays-Bas
10,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014
13,4 milliards de litres de lait collectés
6% de la collecte est en bio, soit 800 millions de litres, au prix de 480 euros/1000 litres en janvier 2016.
417 euros/1000 litres, prix moyen 2014. En 2015, le prix moyen est estimé inférieur de 100 euros.
19 000 salariés
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière