Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mise aux normes
Investir pour 200 000 litres reste rentable


« Avec un quota de 200 000 litres de lait, investir dans une mise aux normes(1) pour continuer de produire du lait reste plus rentable que de valoriser les surfaces en herbe en produisant davantage de vaches allaitantes non primées. Même en tablant sur une baisse de 25 % du prix du lait. » Voilà ce qui ressort des simulations réalisées par la chambre d´agriculture des Ardennes sur une exploitation de 120 ha, dont 80 ha de prairies permanentes, un quota de 200 000 litres produit par 29 vaches laitières, plus un troupeau allaitant de 18 vaches. Même s´il faut reconstruire un bâtiment neuf pour vaches laitières, à hauteur de 3000 ? par tête, l´opération reste plus intéressante sur le plan économique. « Arrêter le lait, encaisser l´aide directe laitière et élever davantage de vaches allaitantes ne se révèle donc pas un bon calcul, considère Benoît Péchey, de la chambre d´agriculture. Grosso modo, cette stratégie se traduit par une perte de revenu disponible de 15 000 ? par an, soit entre 75 et 150 ? pour 1000 l de lait selon le situation initiale de l´exploitation. Plus les résultats de l´atelier laitier sont optimisés au départ, plus le revenu baissera suite à l´arrêt du lait. »

(1) A hauteur de 1200 ? par vache.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Faneuse et andaineur : les bons réglages pour un bon fourrage
Machinisme
La qualité des fourrages secs ou ensilés dépend bien sûr du niveau de maturité de l’herbe, des espèces présentes dans la parcelle…
 © F. Mechekour
Trois caméras dans la désileuse pour plus de sécurité et de confort
Chez Gilbert Lucas, dans le Pas-de-Calais. La vie et la santé n’ayant pas de prix, l’éleveur a décidé d'installer trois caméras…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière