Aller au contenu principal

Gestion des effluents : que dit la réglementation ?

Les distances d’épandage sont réglementées par la Loi sur les ICPE tandis que la directive nitrates prescrit huit mesures régissant l’usage des effluents.

Par rapport à une tonne avec buse à palette, l’usage d’une rampe à pendillards permet de réduire de 100 à 50 mètres la distance d’épandage vis-à-vis des habitations des tiers. © FDCuma 53
Par rapport à une tonne avec buse à palette, l’usage d’une rampe à pendillards permet de réduire de 100 à 50 mètres la distance d’épandage vis-à-vis des habitations des tiers.
© FDCuma 53

L’épandage des effluents d’élevage est encadré par plusieurs textes réglementaires : Loi sur les installations classées (ICPE) ; règlements sanitaires départementaux (RSE) pour les exploitations non soumises au précédent texte (moins de 50 vaches laitières) ; directive nitrates dans les zones vulnérables qui vise à reconquérir la qualité de l’eau vis-à-vis de la pollution par les nitrates. Les deux premiers prescrivent des distances d’épandage à respecter à l’égard des tiers selon le type de produit et des distances à observer par rapport à des éléments sensibles de l’environnement (point de prélèvement d’eau, puits, forages, sources, zone de baignade, zones conchylicoles, berges de cours d’eau). La Loi ICPE impose également des délais d’enfouissement sur terres nues (24 heures pour les fumiers compacts de bovins et porcs non susceptibles d’écoulement après un stockage d’au moins deux mois ; 12 heures pour tous les autres effluents d’élevage).

Lire aussi  : Que valent les engrais de ferme?

Équilibrer la fertilisation

En zone vulnérable, des mesures spécifiques sont définies dans un programme d’actions de quatre ans, constitué d’un programme national (PAN) complété par des programmes régionaux (PAR) qui peuvent renforcer les exigences. Le programme en cours (2018-2021) est constitué de huit mesures, parmi lesquelles la définition des capacités de stockage minimales, l’obligation d’un couvert végétal en période hivernale et l’implantation de bandes végétalisées le long des cours d’eau. Les cinq autres ont trait à l’épandage des effluents : périodes d’interdiction ; obligation d’équilibrer la fertilisation selon la méthode du bilan à partir de référentiels régionaux établis par les groupes régionaux d’expertise nitrates (Gren), enregistrement des pratiques dans un plan de fumure prévisionnel et un cahier d’épandage ; interdiction de dépasser à l’échelle de l’exploitation des apports d’azote issus des effluents d’élevage supérieurs à 170 kg/ha ; respect de conditions d’épandage (cours d’eau, pentes, sols gelés ou enneigés…). Le stockage au champ du fumier compact non susceptible d’écoulement est encadré à la fois par la réglementation ICPE et par la directive nitrates.

En savoir plus

Reportez-vous au module Gestion des effluents et déjection sur le site de l’Idele

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière