Aller au contenu principal

Eurial investit 12 millions d’euros à Luçon

Deuxième site de mozzarella, Luçon, en Vendée, va bénéficier d’un gros effort d’investissement sur trois ans pour profiter du développement des marchés à l’international.

Avec cet investissement de 12,2 M€ dans sa fromagerie de Luçon en Vendée, Eurial a la volonté de tripler sa production de mozzarella.
Avec cet investissement de 12,2 M€ dans sa fromagerie de Luçon en Vendée, Eurial a la volonté de tripler sa production de mozzarella.
© C. Longueville / Vendée agricole

Pour accompagner le développement des marchés de la mozzarella, essentiellement pour le grand export, le groupe Eurial investit. « Dans du process, pas dans des bâtiments », précise d’emblée Olivier Prételat, directeur général d’Eurial, à l’annonce du plan de 12 millions d’euros sur 2013-2016, pour développer les capacités de production du site de Luçon, en Vendée.
L’objectif est de renforcer Luçon dans la mozzarella, en passant de 7000 à 21 000 tonnes transformées, pour en faire un second site important, après Herbignac, en Loire-Atlantique. « Herbignac, avec 33 000 tonnes de mozzarella transformées, est spécialisé dans les grandes séries de mozzarella. Luçon sera spécialisé dans les petites séries, les recettes plus spécifiques », précise Olivier Prételat. Luçon fabrique également des pâtes pressées non cuites. « Nous nous recentrons sur les pâtes pressées qui fonctionnent le mieux, comme le Saint Paulin. »


120 millions de litres de lait supplémentaires


Le futur site de Luçon demandera des litres de lait supplémentaires. « Nous passerons de 80 à 200 millions de litres de lait transformés. » Grâce au rapprochement entre Eurial-Agrial et Coralis (Ille-et-Vilaine), une partie de la collecte de cette dernière ira approvisionner le site d’Herbignac, très proche de la Bretagne. « Et Luçon profitera donc, par effet ricochet, d’une partie de la collecte qui auparavant remontait à Herbignac. Le projet est donc aussi intéressant d’un point de vue logistique, le franchissement de la Loire et le contournement de Nantes n’étant pas anodins. » Une autre partie du lait supplémentaire viendra de l’augmentation de production des adhérents. « Une enquête menée auprès des coopérateurs laisse présager une hausse de 1,5 à 2 %/an de la production laitière sur la zone de collecte », souligne Olivier Prételat. Le groupe Eurial a besoin de lait. « Nous accordons, comme l’année dernière, 10 % de prêt de quota. Nous nous engageons à accompagner les jeunes installés. À partir de 2015, ils pourront bénéficier de 200 000 litres de plus en volume A. »
L’investissement se fera en partie sur les fonds propres du groupe coopératif. Il ne sera pas demandé d’effort financier supplémentaire aux coopérateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière