Aller au contenu principal

Eurial investit 12 millions d’euros à Luçon

Deuxième site de mozzarella, Luçon, en Vendée, va bénéficier d’un gros effort d’investissement sur trois ans pour profiter du développement des marchés à l’international.

Avec cet investissement de 12,2 M€ dans sa fromagerie de Luçon en Vendée, Eurial a la volonté de tripler sa production de mozzarella.
Avec cet investissement de 12,2 M€ dans sa fromagerie de Luçon en Vendée, Eurial a la volonté de tripler sa production de mozzarella.
© C. Longueville / Vendée agricole

Pour accompagner le développement des marchés de la mozzarella, essentiellement pour le grand export, le groupe Eurial investit. « Dans du process, pas dans des bâtiments », précise d’emblée Olivier Prételat, directeur général d’Eurial, à l’annonce du plan de 12 millions d’euros sur 2013-2016, pour développer les capacités de production du site de Luçon, en Vendée.
L’objectif est de renforcer Luçon dans la mozzarella, en passant de 7000 à 21 000 tonnes transformées, pour en faire un second site important, après Herbignac, en Loire-Atlantique. « Herbignac, avec 33 000 tonnes de mozzarella transformées, est spécialisé dans les grandes séries de mozzarella. Luçon sera spécialisé dans les petites séries, les recettes plus spécifiques », précise Olivier Prételat. Luçon fabrique également des pâtes pressées non cuites. « Nous nous recentrons sur les pâtes pressées qui fonctionnent le mieux, comme le Saint Paulin. »


120 millions de litres de lait supplémentaires


Le futur site de Luçon demandera des litres de lait supplémentaires. « Nous passerons de 80 à 200 millions de litres de lait transformés. » Grâce au rapprochement entre Eurial-Agrial et Coralis (Ille-et-Vilaine), une partie de la collecte de cette dernière ira approvisionner le site d’Herbignac, très proche de la Bretagne. « Et Luçon profitera donc, par effet ricochet, d’une partie de la collecte qui auparavant remontait à Herbignac. Le projet est donc aussi intéressant d’un point de vue logistique, le franchissement de la Loire et le contournement de Nantes n’étant pas anodins. » Une autre partie du lait supplémentaire viendra de l’augmentation de production des adhérents. « Une enquête menée auprès des coopérateurs laisse présager une hausse de 1,5 à 2 %/an de la production laitière sur la zone de collecte », souligne Olivier Prételat. Le groupe Eurial a besoin de lait. « Nous accordons, comme l’année dernière, 10 % de prêt de quota. Nous nous engageons à accompagner les jeunes installés. À partir de 2015, ils pourront bénéficier de 200 000 litres de plus en volume A. »
L’investissement se fera en partie sur les fonds propres du groupe coopératif. Il ne sera pas demandé d’effort financier supplémentaire aux coopérateurs.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière