Aller au contenu principal

Enedis reconnu coupable du comportement anormal de ses vaches, une victoire pour l’éleveur laitier

Le tribunal judiciaire d’Alençon vient de reconnaître Enedis responsable de la dégradation de l’état de santé des vaches laitières de l’exploitation d’Alain Crouillebois à La Baroche sous Loucé dans l’Orne lors de l’enfouissement d’une ligne à haute tension à quelques mètres de son exploitation. Les réactions de l’éleveur.

 

Alain Crouillebois vache ligne à Haute tension Enedis
Alain Crouillebois éleveur laitier dans l'Orne a retrouvé un troupeau de 70 vaches Prim'Holstein en bonne santé après le déplacement de la ligne à haute tension.
© EARL Le Petit Quince

Installé depuis 1997 sur une exploitation laitière dans l’Orne, Alain Crouillebois voit son troupeau fortement perturbé après l’enfouissement en 2011 d’une ligne électrique de 20 000 volts à quelques mètres de son exploitation à La Baroche-sous-Lucé dans l’Orne. L’éleveur avait obtenu en 2019 le déplacement de la ligne et s’apercevant de l’amélioration de son troupeau a décidé d’attaquer le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis pour le préjudice subi durant huit ans.

Le Tribunal d’Alençon vient de lui donner raison en reconnaissant « qu’il existe des présomptions graves précises fiables et concordantes démontrant que le comportement anormal des animaux, leur état de santé et la production laitière diminuée est la conséquence directe et certaine de l’installation de la ligne souterraine de 20 000 V et du transformateur à quelques mètres de son exploitation », selon le jugement que nous avons pu consulter en partie. Et de condamner Enedis à lui verser quelque 140 000 euros d’indemnités à l’élevage.

Contacté par téléphone l’éleveur laitier nous livre sa réaction, alors qu'Enedis annonce faire appel de la décision et conteste toujours " fermement les arguments avancés par la partie adverse" selon un communiqué transmis à la presse locale. "Nos équipes en région échangent régulièrement avec les agriculteurs et les éleveurs afin de les accompagner dans leurs projets. Nous sommes à l’écoute des difficultés qu’ils peuvent rencontrer " indique la société.
 

Selon le délibéré du Tribunal d’Alençon que vous avez reçu le 8 novembre, Enedis a été reconnu coupable du comportement anormal de vos animaux, une victoire pour vous ?

Alain Crouillebois : La responsabilité d’Enedis est engagée, c’est une victoire pour moi et une première pour toutes les autres victimes des courants vagabonds (encore appelés courants parasites, NDLR). Entre 1996 et 2011, quand la ligne électrique était aérienne mon élevage n’avait aucun souci. En 2011, la ligne de 20 000 volts a été enfouie à 15 mètres de mon bâtiment et un transformateur à 20 mètres. J’ai rapidement commencé à constater un comportement anormal de mes vaches, et ai vu les résultats chuter durant six mois au niveau du robot de traite. J’ai alors remis en cause toutes mes techniques, de ventilation du bâtiment, d’alimentation, sur le point de vue sanitaire. Tout était clean.

Je me suis battu pour faire déplacer la ligne et comme par magie le troupeau a redémarré

Enedis est venu contrôler et n’a rien trouvé d’anormal. Je me suis battu pour faire déplacer la ligne de 150 mètres, à mes frais (12 000 euros d’acompte payés sur les 70 000 facturés par Enedis ensuite l’éleveur a refusé de payer, NDLR) en 2019. Et comme par magie le troupeau a redémarré !
 

Comment avez-vous pu prouver tout cela ?

Grâce à des constatations, avant, pendant et après l’enfouissement de la ligne via le protocole GPSE (groupe de travail permanent sur la sécurité électrique dans les exploitations agricoles), mis en place sous l’égide du ministère de l’Agriculture. Ma technique a d’abord été mise en cause, mais en étudiant mon élevage les experts n’ont rien trouvé d’anormal. J’ai aussi pu montrer les résultats de mon robot de traite.


Espérez-vous que cette décision fera jurisprudence ?

Oui je l’espère pour tous les éleveurs pris dans cette tourmente. J’espère aussi qu’on va enfin lever le voile sur tous ces courants vagabonds générés par les courants électriques.

J’espère qu’on va enfin lever le voile sur tous ces courants vagabonds


En revanche, le montant des indemnités de 140 000 euros demandés par le tribunal à Enedis ne vous convient pas il me semble…

Mes pertes avaient été évaluées entre 700 et 800 000 euros pour l’exploitation laitière, plus la compensation du temps passé sur l’affaire et le préjudice moral (avec une tentative de suicide et un divorce…), le tout estimé à 1 million d’euros. Le tribunal a retenu une indemnisation pour la perte de production, l’augmentation des frais vétérinaires (de 8000 à 24000 euros par an) et le temps passé mais rien pour le préjudice moral.

J’ai retrouvé ma vie d’éleveur avec un troupeau normal


Comment se porte votre troupeau aujourd’hui ?

J’ai retrouvé ma vie d’éleveur avec un troupeau normal. L’effet épigénétique joue, les vétérinaires me disent qu’il faudra attendre 5 ans pour que mon troupeau retrouve son potentiel mais ça repart, je le constate au niveau du robot de traite, avec la fréquence de traite et la fin des problèmes d’échec de traite. Lactalis m’a envoyé une attestation pour me dire que mon lait retrouvait la catégorie A+, comme avant 2011. Parfois ça me donne la chaire de poule. Je me demande comment j’ai pu tenir pendant 10 ans en travaillant 100 heures par semaine.
 

Enedis va faire appel, comment réagissez-vous ?

On va voir comment Enedis réagit face à la médiatisation de mon combat. TF1 était chez moi ce matin, un sujet est passé au 13h et repasse ce soir au JT de 20 heures. Beaucoup de journalistes m’appellent. Je poursuis le combat pour les autres victimes. Il y a beaucoup de projets d’enfouissement de lignes près d’élevages ou de parcs éoliens et autres antennes relais. Je sollicite les élus pour intervenir et expliquer mon expérience à travers une vidéo. Quand je montre les photos chocs de veau de 85 kg à six mois au lieu de 200 kg, les gens sont ébahis.

Les plus lus

Danone recherche 100 millions de litres de lait

Déprise laitière et besoins croissants de l’entreprise sont les deux raisons pour lesquelles Danone cherche de…

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Sunlait signe avec un deuxième acheteur de lait : Maîtres laitiers du Cotentin

L’association d’organisations de producteurs de lait Sunlait, qui n’avait de contrat cadre qu’avec Savencia, vient de signer…

Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière