Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Endiguer la FCO de sérotype 4

Après la découverte d’un cas de FCO de sérotype 4 début novembre en Haute-Savoie, les mesures sanitaires prises visent à éviter la dissémination du virus en France continentale.

Un foyer de FCO-4 a été confirmé le 6 novembre sur la commune d’Orcier, en Haute-Savoie. L’animal viropositif était un veau de 15 jours, dépisté avant mouvement à destination de l’Espagne. Ce veau a transité dans un centre de rassemblement de la Loire, pour être finalement destiné à l’engraissement en bâtiment dans un élevage de l’Allier. Conformément à la réglementation européenne, des zones de restriction, protection et surveillance ont été mises en place autour de l’élevage de Haute-Savoie. Elles débordent sur la Suisse et l’Italie.

Selon un arrêté ministériel du 8 novembre, une vaccination d’urgence prise en charge par l’État est mise en place afin de circonscrire la maladie, avec l’objectif de l’éradiquer si elle n’avait pas encore trop diffusé. Elle a été déployée dès le 10 novembre dans le périmètre interdit de 20 km autour du foyer. « La vaccination obligatoire concerne la zone d’interdiction (20 km autour du foyer) et les départements en entier de la zone de protection (100 km autour du foyer) : Haute-Savoie, Doubs, Jura, Savoie et Ain », rappelle le Dr Isabelle Tourette de GDS France. Près de 18 000 doses étaient disponibles afin de vacciner ovins, bovins et caprins contre le sérotype 4. La banque d’antigènes BTV-4 de l’État, créée il y a trois ans et gérée par Mérial, va permettre de produire des vaccins en quantité nécessaire dans un délai d’environ une quinzaine de jours. » Il va falloir 1,7 million de doses (deux injections pour les bovins, une seule pour les ovins et caprins) pour vacciner les 8 076 élevages bovins (675 760 animaux de plus de 6 mois), 2 138 élevages ovins (9 343 animaux), et 890 élevages caprins (28 170 animaux) des cinq départements concernés. Des mesures devraient permettre d’accélérer les dispositifs de contrôle des lots de vaccins pour une mise en marché plus rapide.

Des sérologies pour connaître la situation épidémiologique

Pour ce premier foyer, seul le veau en question et sa mère se sont révélés positifs. Puis un deuxième foyer, situé à 10 km du premier, a été découvert le 15 novembre. Au moment où nous mettons sous presse le 22 novembre, le périmètre interdit est élargi à dix communes, les zones de protection et de surveillance restant quant à elles inchangées. Dans l’Allier, aucune preuve d’une circulation virale n’est rapportée pour l’instant. Il n’y a donc pas, réglementairement, de foyer dans l’Allier. Dans chaque département de la zone réglementée, des prélèvements ont été réalisés pour procéder à des PCR et ainsi dresser une situation épidémiologique scientifiquement incontestable. L’Administration avait demandé qu’ils soient réalisés avant le 24 novembre.

Des accords avec l’Italie, l’Espagne et la Turquie

Depuis 2014, le sérotype 4 avance depuis les Balkans et il a été détecté en septembre 2016 dans le nord de l’Italie, en Vénétie et vers Bologne. Ces foyers se situent quand même étonnamment loin de la Haute-Savoie. En Corse, la présence du sérotype 4 est confirmée depuis décembre 2016 et on compte 193 foyers de ce sérotype. Le sérotype 4 est aussi présent en Espagne depuis 2004 et en Turquie depuis 2005.

Les mouvements nationaux sont réglementés selon les règles habituelles entre zone interdite, de protection et de surveillance. Pour ne pas interrompre les échanges commerciaux, dès la déclaration de la maladie en France continentale, des discussions ont permis de définir de nouvelles conditions pour l’export en vif des bovins. L’Italie accepte nos broutards de zone réglementée 4 (sauf périmètre interdit) à destination de la zone réglementée 4 italienne sous conditions de désinsectisation des moyens de transport car il faut traverser une zone indemne (et de vaccination contre le sérotype 8). Les expéditions vers l’Espagne sont autorisées pour les animaux soit vaccinés et issus d’un troupeau valablement vacciné, soit prémunis des attaques de vecteurs pendant au moins 14 jours avant leur expédition et soumis au moins 14 jours après le commencement de cette protection contre les vecteurs à une analyse PCR de groupe dont le résultat s’est révélé négatif. Pour la Turquie, le protocole sanitaire a été validé par le ministère après la survenue du cas de FCO-4 et en tient déjà compte.

Peu symptomatique pour les bovins mais…

« Le sérotype 4 de la FCO est pathologique pour les ovins, avec des signes cliniques et de la mortalité, informe Isabelle Tourette, GDS France. Pour les bovins, il n’est pas très symptomatique et peut même dans certaines situations passer inaperçu. Mais si le virus infecte des vaches en début de gestation, et que les vêlages sont groupés, les conséquences sanitaires peuvent être très importantes pour l’élevage avec des avortements, des malformations chez le veau. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Une charte pour installer de nouveaux coopérateurs
Son objectif : mieux accueillir les jeunes qui font le choix d’entrer dans une coopérative laitière.
Vignette
Aux États-Unis, des conditions moins stimulantes pour la production laitière

La marge sur coût alimentaire en 2018 a été une des plus basses depuis 2013 aux États-Unis…

Vignette
L’attractivité de la filière laitière au cœur des journées des coopératives laitières
Lors d’une conférence de presse organisée le 18 avril à l’occasion de leurs journées 2019, les coopératives laitières se sont…
Vignette
Projet de fermeture de la frontière avec le Mexique : les inquiétudes des coopératives laitières

 

Le projet de fermeture de la frontière américano-mexicaine de Donald Trump et son…

Vignette
Biolait régule les volumes pour limiter ses excédents de printemps
Le premier collecteur de lait bio français (1) veut limiter ses excédents de printemps sans pénaliser la…
Vignette
Isigny Ste-Mère lance la construction de sa sixième tour de séchage
Pour accompagner la montée en puissance de ses productions de poudres de lait infantile, la coopérative normande vient d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière