Aller au contenu principal
Font Size

Des mélanges prairiaux conciliant biodiversité et valeur alimentaire

Dans la Dombes dans l'Ain. Une expérimentation a été menée pour déterminer les mélanges compatibles, en termes de valeur alimentaire, avec une fauche tardive.

Des techniciens d’Acsel (conseil élevage) mesurent les hauteurs d’herbe avec deux techniques : herbomètre (démarrage de végétation), damier (phase de croissance).
© G. Cauvin

La Dombes est un milieu humide d’une grande richesse faunistique, mais fragile. Dans cette zone Natura 2000, où les populations de canards prairiaux sont en recul, nombre d’agriculteurs sont engagés dans des mesures agro-environnementales « retour en herbe » et « retard de fauche ». Elles visent à augmenter les surfaces en prairies et à maintenir un couvert jusqu’au 1er juillet pour permettre aux canards de boucler leur cycle de reproduction en toute tranquillité. Mais les mélanges implantés habituellement ne répondent pas pleinement à cet objectif. La chambre d’agriculture de l’Ain a mené pendant trois ans une expérimentation pour déterminer les mélanges prairiaux qui concilient la protection des canards - un couvert haut et dense en début de saison (30 cm au 20 avril) - et la conservation d’une certaine valeur fourragère jusqu’à la récolte début juillet. « Nous avons testé des mélanges, en partenariat avec quatre semenciers, chez cinq agriculteurs, et fait des essais de fertilisation azotée, détaille Gilles Cauvin, de la chambre d’agriculture. Nous avons ensuite transformés les résultats en préconisations à l’adresse des organismes économiques qui vendent les semences aux agriculteurs et de leurs fournisseurs. »

Un compromis est nécessaire

Aucun mélange ne répond parfaitement aux deux objectifs à la fois (protections des canards, valeur alimentaire). Un compromis est donc nécessaire. Ces mélanges vont être suivis dans le temps ainsi que la nidification des canards pour voir si ces couverts sont véritablement attractifs. Le mélange préconisé pour l’instant comporte des espèces précoces (3-4 kg de ray-grass anglais précoce ou très précoce), intermédiaires (8-9 kg de fétuque élevée, 4-5 kg de dactyle, 3-6 kg de ray-grass anglais intermédiaire ou demi-tardif) et tardives (3-5 kg de fléole, voire 5-10 kg de pâturin des près). S’y ajoutent du trèfle blanc et du trèfle violet pour obtenir 30 % de légumineuses. Si les résultats observés dans la Dombes sont difficilement transposables dans d’autres régions, la méthode, qui a associé plusieurs partenaires techniques et financiers autour d’un intérêt commun quant à la protection de la faune sauvage, est exemplaire. « L’intérêt, c’est la réflexion qu’on peut mener pour faire cohabiter une agriculture qui évolue et qui a besoin d’être rentable avec la biodiversité », résume Gilles Cauvin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière