Aller au contenu principal

Benjamin, associé en Gaec avec son père Gérard Talvas (et son oncle Marcel) dans le Morbihan (100 VL, 940 000 litres)
« Débris de canettes... six vaches euthanasiées »

Benjamin associé en Gaec avec son père Gérard Talvas (et son oncle Marcel) dans le Morbihan. © C. Le Clève
Benjamin associé en Gaec avec son père Gérard Talvas (et son oncle Marcel) dans le Morbihan.
© C. Le Clève

« Depuis deux ans, nous avons dû faire euthanasier six vaches  parce qu’elles avaient ingéré des débris de canettes de boissons jetées depuis la route. On en retrouve hachées dans l’ensilage d’herbe ou de méteil. On en trouve parfois le matin dans les refus. Ce qu’on retrouve, ce sont les plus gros morceaux. Les plus petits, malheureusement, nos animaux les ont ingérés. Cet été, c’est la goutte qui a fait déborder le vase ! Fin juillet, après avoir été vue une nouvelle fois par le vétérinaire, une vache traitée est partie chez Bigard. Saisie totale. Ça fait mal au cœur. On n’élève pas nos animaux pour les voir dépérir, souffrir et mourir comme ça.

Cela coûte 1 500 euros pour une vache perdue, sans compter les 2 000 euros de perte laitière et les frais vétérinaires. Nous avons contracté une assurance « mortalité ». C’est à chaque fois la même chose, le véto vient, les traite, met des aimants pour tenter de capter les éventuels morceaux mais pour l’essentiel, certaines de ces canettes sont en alliage non ferreux, donc on ne trouve rien. L’électro-aimant en tête de l’ensileuse de l’entreprise ne parvient pas non plus à les capter. 

 

 
© C. Le Clève

Lire aussi : Une campagne contre le jet sauvage de canettes en Wallonie

Les fabricants du machinisme agricole devraient se pencher sur la question mais également les industriels de la canette et des boissons pour faire des alliages détectables. Nous souhaitons également alerter le grand public pour faire passer le message sur le risque que font encourir à nos animaux des gestes plein d’inconséquences. Nous avons voulu faire évoluer notre système, faire les choses bien, en augmentant nos surfaces en herbe et en méteil. Les sols sont mieux, c’est moins d’intrants… C’est très intéressant en valeurs protéiques et c’est donc devenu la base de la ration. Mais, fauché bas par l’ensileuse, le méteil peut contenir des cannettes contrairement au maïs ensilé plus haut. Si on ne trouve pas de solution, on ne va pas continuer à exposer nos vaches ! On se pose la question de faire évoluer la part du maïs dans la ration. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
L’installation de méthanisation du Gaec Le Sablonné est constituée d’un petit digesteur de 560 m3 et d’un séparateur de phase à tamis. Entre les deux, le local de cogénération. © F. Gervais
La petite méthanisation trouve sa place
L’Idele a suivi pendant un an deux unités de petite méthanisation. Les résultats montrent la pertinence de ce modèle, à condition…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière