Aller au contenu principal
Font Size

Coup d’envoi officiel pour le bilan de santé de la PAC

Dans un texte officiel publié le 20 novembre, la Commission européenne dessine les grandes lignes de la future PAC.

Comme l’on s’y attendait, dans la communication officielle du 20 novembre dernier, la Commission propose de simplifier le régime de paiements directs. Elle suggère d’abandonner les paiements calculés sur la base des rendements historiques au profit d’une système fondé sur un taux plus uniforme (comme une aide unique à l’hectare).
La Commission souhaite également aller vers le découplage total dans le secteur des grandes cultures, secteur pour lequel elle estime le découplage partiel de moins en moins justifié et, administrativement, complexe et coûteux. Par contre, la prime à la vache allaitante ne semble pas, au moins pour le moment, remise en cause. Pour les grandes exploitations, elle propose de réduire progressivement le niveau de soutien lorsque le total des aides dépasse un niveau déterminé, par exemple 100000 euros/an. Et elle suggère d’augmenter la surface minimale donnant droit aux aides, actuellement fixé à 0,3 ha de nombreux producteurs recevant des petits montants souvent inférieurs au coût de gestion de ces paiements. Concernant la conditionnalité, elle souhaite un recadrage de son champ d’application. Il pourrait s’agir de supprimer des obligations superflues, mais aussi d’en ajouter d’autres ayant trait à de nouveaux problèmes comme la gestion de l’eau ou l’atténuation des changements climatiques.

SUPPRESSION DE LA JACHÈRE
Autres nouveaux défis qu’elle entend relever : la gestion des risques, l’exploitation des possibilités liées aux bioénergies et la préservation de la biodiversité. Pour financer ces mesures, elle estime que le développement rural est l’instrument le mieux indiqué. Et propose donc d’augmenter le taux de modulation, autrement dit le pourcentage prélevé sur les paiements directs des exploitations percevant plus de 5 000 euros par an et versé au budget du développement rural ; ce taux passerait progressivement de 5 % actuellement à 13 % en 2013. Elle plaide aussi pour la suppression de la jachère obligatoire, tout en trouvant de nouvelles manières pour préserver les avantages environnementaux

Fin des quotas laitiers en 2015

La Commission propose « des augmentations de quotas propres à assurer un ‘atterrissage en douceur’ après la suppression de ces derniers, prévue en 2014/2015 ». Et de « déterminer, dans le cadre du bilan de santé de la PAC, les modifications des autres instruments de la politique laitière qui permettront de faciliter cette transition ». La Commission propose par ailleurs « des mesures de nature à atténuer les effets attendus (de la fin des quotas) dans certaines régions, comme les zones montagneuses », qui dépendent largement de la production laitière. Elle envisage de « mettre en place par exemple des mesures de soutien spécifique dans le cadre d’un article 69 révisé du règlement CE n° 1782/2003 », autrement dit il ne s’agirait pas de mesures de développement rural.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière