Aller au contenu principal

[Contenu partenaire- Vidéo] « 10 000 euros de revenus grâce au croisement dans mon élevage laitier »

Le GAEC de Crocomby mise sur le croisement de ses Montbéliardes avec de la semence Charolaise pour accroître son revenu. La plus-value représente 10 000 euros par an sur cette exploitation qui compte 100 vaches laitières. L’élevage s’appuie sur les taureaux YPERIOS Excellence, proposés par AURIVA-Elevage.

200 euros de plus-value sur les veaux croisés : tel est le constat de Jean-Paul Laffay. Installé à Ampepluis (Rhône) avec sa mère et son frère, l’éleveur calcule la rentabilité de ses veaux croisés. « Comparés à ceux en race pure, on gagne 200 euros lorsqu’ils sont vendus à 4 semaines. Sur l’exploitation, nous vendons une cinquantaine de veaux charolais par an. C’est donc 10 000 euros de revenus supplémentaires », explique l’éleveur. Le programme YPERIOS Excellence d’AURIVA-Elevage propose des animaux sélectionnés sur la facilité de naissance, les performances en élevage et les aptitudes bouchères.

 

Outre les veaux, 15 à 20 génisses croisées Montbéliard-Charolais sont engraissées chaque année sur l’exploitation. « Nous les engraissons quand les cours des veaux sont un peu plus bas ».

Semence sexée et croisement optimisés grâce au génotypage

Le croisement n’est pas nouveau dans cet élevage mais la démarche s’est intensifiée avec la généralisation du génotypage. Chaque année, le GAEC élève 20 à 25 génisses de race montbéliarde. L’utilisation de semences sexées permet d’optimiser le renouvellement du cheptel laitier en développant le croisement. Jean-Paul Laffay n’a donc pas hésité les conseils de son inséminateur XR Repro pour améliorer son revenu. « Nous sommes dans une approche sécurisée. Nous ne prenions pas de risques et nous nous sommes vite aperçus que ce n’était qu’un plus ». Concrètement, toutes les génisses sont génotypées : 25 % des inséminations sont réalisées avec de la semence sexée sur les meilleurs animaux. « Ensuite, 15 % des bêtes reçoivent la semence conventionnelle. Enfin, nous faisons des croisements charolais sur le reste du troupeau, avec moins de valeur génétique », détaille l’éleveur.

Plus de revenus avec le même coût de la génétique

Avec cette stratégie, les charges liées à la génétique sont maîtrisées. Les tarifs plus élevés des semences sexées sont compensés par l’achat des paillettes de taureaux charolais. «Depuis que nous avons intensifié l’élevage de veaux croisés charolais le montant total de notre génétique n’a pas augmenté à la fin de l’année ».

Plus de revenus avec la même charge de travail

Si le revenu de l’exploitation a augmenté, le temps de travail des éleveurs est resté constant. Jean-Paul Laffay s’oppose d’ailleurs aux idées reçues : « Le vêlage des veaux charolais n’est pas plus compliqué que pour la race Montbéliarde. Les taureaux YPERIOS Excellence sont vraiment basés sur la facilité de vêlage. On ne prend donc aucun risque avec le croisement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière