Aller au contenu principal

Comment administrer correctement un obturateur

L’utilisation d’obturateurs internes de trayons sécurise le processus naturel de fermeture de la mamelle. Pour en tirer le meilleur profit, il faut allier quelques règles d’utilisation simples et beaucoup d’hygiène.

 

 

 
© J.-M. Nicol

 

1 - Désinfectez pendant 30 secondes chaque trayon avec une lingette désinfectante ou un gros tampon d’ouate imbibé généreusement d’alcool. En partant du trayon le plus éloigné pour finir par le plus proche afin d’éviter de contaminer accidentellement ceux ayant déjà été désinfectés.

Insistez soigneusement sur le sphincter. Veillez à utiliser une lingette neuve par trayon et non un quart de lingette par trayon ! Évitez désormais de toucher les sphincters et les canules des tubes.

 

 
© J.-M. Nicol

 

2 - Il faut chasser efficacement la bulle d’air du tube. Selon l’obturateur que vous utilisez, la seringue en contient plus ou moins. Sans cette précaution, vous risquez de projeter la pâte vers la mamelle et le trayon ne sera pas correctement fermé. Pressez le corps de l’injecteur avec le pouce et l’index à la hauteur du piston, en laissant le capuchon fermé. Puis de l’autre main, poussez le piston, tout en maintenant le corps de l’injecteur pressé. On entend l’air s’échapper par le piston. La pâte se trouve comprimée au bout de la seringue. Vous pouvez alors décapuchonner.

 

 
© J.-M. Nicol

 

3 - Insérez partiellement l’embout de la seringue dans le canal du trayon le plus proche de vous. Deux à trois millimètres suffisent, pas la peine d’introduire la totalité de l’embout pour ne pas agresser le sphincter. Pincez la base du trayon avec deux doigts sans l’écraser afin d’éviter une remontée du produit dans la mamelle. Relâchez peu à peu la pression et infuser lentement le contenu de la seringue. Il est normal que le bout du trayon gonfle un peu. Passez au trayon suivant en respectant l’ordre d’introduction des tubes pour minimiser les risques de contamination.

 

 
© J.-M. Nicol

 

4 - Utilisez une seringue complète par quartier et surtout ne massez pas. L’obturateur doit rester dans le canal du trayon et le bout du sphincter pour être efficace. Une goutte doit perler au niveau du sphincter.

 

 
© J.-M. Nicol

 

5 - Post-trempez chaque trayon et marquez la vache pour l’identifier. Protégez au maximum le trayon. Si possible, gardez la vache debout pendant 30 minutes, le temps que les sphincters se referment. La vache tarie devra être mise à distance de l’ambiance de traite et bénéficier de conditions de logement propres. Surveillez que tout se passe bien dans les 24 à 48 heures suivant le tarissement. Si le quartier est chaud ou douloureux, ou que la vache a un comportement anormal, une mammite est à craindre.

 

 
© Zoetis

 

6 - Après le vêlage, l’obturateur est retiré manuellement du canal. Son retrait ne doit pas s’effectuer via la machine à traire. Saisissez la base du trayon à la jointure avec la mamelle, et exercez une pression vers le bas en gardant les doigts serrés. Ne pas saisir le trayon au milieu car cela ne videra que la moitié inférieure. Normalement, un filament doit être expulsé en plusieurs morceaux. Les premiers jets seront tirés les traites suivantes (8 à 10 passages) pour vérifier la présence ou non de fragments d’obturateur. Il peut arriver de retrouver des fragments d’obturateurs plus d’une semaine après le vêlage. Une application dans les règles de l’art dans le canal du trayon limite ce risque. À noter que l’ingestion ne présente aucun danger pour les veaux et n’altère pas non plus la qualité du colostrum.

Mise en garde

En hiver, certains obturateurs sont difficiles à administrer car la pâte est dure. L’idéal est de les stocker à une température comprise entre 15 et 30°C. Les seringues ne doivent jamais être mises directement dans l’eau. Par contre, le bain-marie dans un contenant est possible.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière