Aller au contenu principal
Font Size

Agrial Eurial toujours offensifs sur la bio

Atteindre une collecte de 140 millions de litres de lait bio, contre 62 millions en 2017. Tel est l'objectif 2022 de la coopérative Agrial.

© Les 300 & bio

Pour accompagner ses adhérents éleveurs de bovins laitiers qui souhaitent passer en bio, la coopérative Agrial a reconduit une aide à la conversion de 30 €/1000 l. Elle avait été remise en 2015 après une pause dans l'accompagnement des conversions. La grille de prix (celle de Bretagne sert de base pour tous les adhérents) a bénéficié d'une hausse de la valeur des grammes de matière grasse, à 5 €/g. La MP reste inchangée à 7 €/g. En 2017, le prix payé (TPC TQC) a été en moyenne de 472 €/1000 l.

L'objectif d'Agrial est de passer de 62 millions de litres de lait bio collectés à 100 millions en 2020 (300 exploitations lait de vache bio) et 140 millions d'ici 2022. "Ce plan vise à améliorer l'auto approvisionnement d'Eurial ; la branche transformation laitière d'Agrial achète actuellement environ 15% des besoins. Et à assurer le développement de ses activités bio", indique Bruno Martel, président du conseil métier lait de vache biologique. Eurial dispose déjà d'une large gamme de produits bio : beurre (Grand fermage) et crème, ultra frais (MDD et marque Bio'Nat), poudre de lait pour l'industrie agroalimentaire.

Un développement focalisé sur le marché français

Il y aura de l'innovation et des lancements de produits laitiers bio en 2018, pour les ventes en grande distribution. La demande de l'industrie agroalimentaire est aussi croissante. Par exemple, pour des poudres de lait pour la chocolaterie, pâtisserie, et les fabricants d'ultra frais. "La restauration hors foyer cherche aussi de plus en plus de bio. Par exemple, Senagral fait des yaourts bio pour des menus Mac Donald's. Notre développement est focalisé sur le marché français".

Mais la bio chez Agrial, c'est aussi les céréales, les légumes, les vergers, la viande... "Agrial compte 750 agriculteurs bio et demain ils seront plus de 1000." La coopérative a lancé une démarche d'identification des agriculteurs bio : "Générations bio". "D'ici juin, nous voulons avoir une organisation transversale qui créera du lien entre les métiers, pour monter des projets communs. Par exemple, créer des groupes d'échanges sur des thèmes de lutte alternative, de pratiques agronomiques... Des actions où des agriculteurs de différentes productions pourront échanger, entre bio, mais aussi avec les collègues en conventionnel", développe Bruno Martel. 

Plus d'informations sur reussir.lait.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
En système herbager, afin de pouvoir valoriser les effluents sur le maximum de surface, il est recommandé de ne couvrir que les besoins en P et K et de compléter avec de l’azote minéral.
Comment valoriser les effluents en système herbager ?
Dans les exploitations avec beaucoup d’herbe, l’enjeu est de ne pas surfertiliser la petite part de cultures au détriment des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière