Aller au contenu principal

Insectes en alimentation
Ÿnsect achète Protifarm

Le spécialiste français de la production d’ingrédients naturels à base d’insectes acquiert l’entreprise néerlandaise produisant des ingrédients à base d’insectes destinés à l’alimentation humaine.

Tom Mohrmann (à gauche), PDG de Protifarm, et Antoine Hubert, PDG et co-fondateur d’Ynsect.
© Ynsect

Le 13 avril 2021, Ÿnsect , spécialiste français de la production d’ingrédients naturels à base d’insectes, a annoncé avoir acquis Protifarm, entreprise néerlandaise produisant des ingrédients à base d’insectes destinés à l’alimentation humaine.

Le site-ferme de Protifarm, à Ermelo à une heure d’Amsterdam, c’est 1 000 t de production d’ingrédients supplémentaires par rapport à ce que fait déjà Ÿnsect . Mais le néerlandais possède en fait une capacité de production de 20 000 t. De surcroît, Protifarm apporte, à travers cette opération, toutes les expertises accumulées en alimentation humaine à base d’insectes (50 personnes dans les domaines de la production, de la R&D et des fonctions supports) depuis sa création en 2015 et 37 brevets dans le secteur. L’équipe de direction restera en place, en charge de l’intégration au sein du groupe Ÿnsect (300 brevets en portefeuille).

Cet accord ouvre également plus grandes les portes des marchés de l’Europe du Nord et du Benelux (Allemagne, Angleterre, Belgique, Danemark où Protifarm est déjà acteur) à Ÿnsect , des pays plus avancés que la France ou d’autres en termes d’acceptabilité de l’utilisation des insectes en alimentation. L’investisseur principal de Protifarm, Marvesa (spécialiste des huiles, des corps gras et des protéines), devient, par le biais de l’opération, actionnaire d’Ÿnsect .

Des nouveaux marchés

Rappelons que la société des Hauts-de-France, créée en 2011, dispose déjà d’un site de production en France et qu’elle en construit un second près d’Amiens. Au total, Ÿnsect devrait pouvoir produire, à terme, 230 000 t d’ingrédients par an.

Chantier Ynsect

Ce rapprochement entre les deux entreprises intervient aussi tout juste après que l’EFSA a rendu un avis positif « sur l’intégration du scarabée Molitor (ver de farine) dans l’alimentation humaine ». Une position accueillie très positivement par Ÿnsect . Ce dernier a essentiellement fondé, jusqu’à maintenant, son développement sur les activités de production d’insectes à destination de l’alimentation animale. D’où la complémentarité entre les deux structures. Pour sa part, Protifarm a déposé un dossier auprès de l’EFSA pour faire reconnaître le scarabée Buffalo comme deuxième scarabée pouvant être utilisé en alimentation humaine.

Ces avis favorables pour l’alimentation humaine permettent à Ÿnsect d’attendre sereinement le feu vert définitif de l’agence de contrôle de l’UE en la matière pour pouvoir ensuite lancer sa protéine ŸnMeal, pour des consommateurs à la recherche de performances sportives ou de compléments alimentaires. Autre élément positif : les Pays-Bas sont le territoire de la très fameuse université de Wageningen, très pointue en R&D en agriculture et qui possède son propre département dédié à la recherche sur les insectes.

Scarabée Molitor et scarabée Buffalo
ŸnMeal, à base de Molitor, possède une teneur élevée en protéines (72 %) et une faible teneur en cendres (environ 2 %). Cela en fait « un ingrédient premium très digeste qui peut notamment être utilisé en cas de troubles digestifs » explique Ÿnsect , qui cite aussi une étude menée par l’université Justus Liebig de Giessen en Allemagne, sur l’efficacité d’ŸnMeal pour réduire le cholestérol (tests effectués sur des souris). Les ingrédients à base de scarabées Buffalo combinent quant à eux de nombreuses propriétés nutritionnelles (vitamines B1, B1, B2, B5, B6, B9, B12, potassium et calcium), une excellente solubilité, et un goût léger, qui les rendent particulièrement adaptés à la consommation quotidienne. La variété et les différentes propriétés de ces ingrédients permettent de proposer des solutions sur mesure pour l’industrie alimentaire et un large éventail de produits adaptés à différents usages : substituts de viande, barres et boissons protéinées, burgers, produits de boulangerie et collations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Marché des engrais : relâchement de la tension sur les prix des produits azotés

Après la flambée des cours des engrais en réaction à l’invasion de l’Ukraine fin février, le mois d’avril enregistre un…

Terrena présente ses résultats 2021 et confirme la pertinence de son plan à horizon 2030
Les indicateurs financiers sont bons pour le groupe et la coopérative de Loire-Atlantique.
Céréales et oléoprotéagineux bio : la flambée des cours inquiète la filière

Le marché bio continue à subir l’onde de choc provoqué par le contexte du conflit en Ukraine et la flambée des cours de…

Production mondiale de blé 2022/2023 en repli, à cause de la guerre en Ukraine, selon l'USDA
Les stocks mondiaux de blé tombent à 267,02 Mt pour 2022/2023, contre 279,72 Mt en 2021/2022
La Fête du pain de retour en 2022 !
Après deux années blanches pour cause de Covid-19, l’évènement national revient du 16 au 22 mai 2022.
Blé tendre - "Les céréaliers français n'ont pas profité tant que ça des prix très élevés jusqu'ici"
Dans le contexte d'extrême fermeté des prix du blé tendre, Antoine Hacard, président de la Coopération agricole Métiers du grain…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne