Aller au contenu principal

FIlière canola
Viterra a l’intention de construire une nouvelle usine d’écrasement de canola

Le spécialiste des matières premières agricoles termine une étude de faisabilité pour ce nouvel outil.

© VIterra

Viterra, transformateur de matières premières agricoles (dont le canola), a annoncé, le 26 avril 2021, finaliser une étude de faisabilité pour construire une nouvelle usine d’écrasement de canola d’une capacité de 2,5 Mt par an lorsqu’elle sera à pleine capacité fin 2024. Le projet doit être implanté du côté de Regina dans la province canadienne du Saskatchewan. Aucun montant d'investissement n'a été communiqué par l'entreprise.

Le gouvernement provincial a affirmé toute sa satisfaction pour un tel projet puisqu’il a lui-même mis en place une politique pour favoriser la transformation en local de 75 % du canola produit dans la province.

Viterra affirme que la demande mondiale en canola est attendue en hausse sur le long terme, étant donné la croissance continue de la demande aussi bien en huile pour l’alimentation humaine qu’en alimentation pour le bétail et qu’en production carburant renouvelable.

La Saskatchewan attire les projets

A noter que la province du Saskatchewan attire les investissements de ce genre. Quasi en même temps que Viterra, Cargill a annoncé un investissement de 350 M$ pour une capacité d’1 Mt annuelle et opérationnel en 2024 également.

En mars, Richardson International avait annoncé vouloir doubler sa capacité de production sur le site de Yorkton (toujours au Saskatchewan) pour atteindre 2,2 Mt.

Il faut savoir que la province est le plus grand producteur de canola du pays. Sur les 21,5 millions d’acres semés cette année dans le pays (source : Stat Can du 27 avril), on en compte 11,8 millions plantés en Saskatchewan.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne