Aller au contenu principal

Environnement
Viandes - Le Parlement européen veut plus de protection pour lutter contre la déforestation

Réuni en session à Strasbourg, le Parlement européen a voté des contraintes plus fortes pour les viandes d’importations qui seraient issus de la déforestation.

© Picography (Pixabay)

Les Parlementaires européens viennent de voter, ce 13 septembre, la proposition de règlement contre la déforestation importée. Afin de garantir que les viandes qu’ils mettent sur le marché européen ne sont pas issues d’un animal ayant été élevé dans une exploitation responsable de la déforestation, les importateurs auront donc désormais l’obligation de collecter les données de géolocalisation de tous les lieux d’élevage des bovins dont proviennent ces viandes, tout au long de leur vie.

Satisfecit de la filière bovine...

« C’est une clarification d’un intérêt majeur », pointe Interbev ravie que les députés européens aient amendé la proposition de règlement de la Commission européenne visant à interdire l’importation, en Europe, de toute viande bovine qui ne serait pas garantie « zéro déforestation ».

Mais les professionnels restent vigilants : pour Jean-François Guihard, Président d’Interbev : « Nous nous félicitons du texte adopté au Parlement sur la déforestation importée, qui prévoit désormais un cadre précis pour vraiment réguler les importations européennes de viandes bovines au regard de cet enjeu. Cependant, nous mesurons aussi le risque de voir ces nouvelles règles mal ou pas appliquées, dans des pays comme le Brésil. Aussi, nous attendons des garanties précises, de la part de l’exécutif français et européen, pour nous assurer que l’ambition affichée dans ce texte se traduise dans la rigueur et la précision des contrôles effectués. »

 

... Mais un son de cloche différent pour Coceral, Fediol et Fefac

Mais la position est très différente dans les organisations européennes, Coceral, Fediol et Fefac, qui privilégient depuis plusieurs années des mesures pour réduire la déforestation dans toutes les zones, y compris les plus à risque. Elles regrettent que le texte rate sa cible car il ne couvre pas la déforestation dans son ensemble et car il risque d’alimenter les tensions sur les chaines d’approvisionnements et donc l’inflation dans l’UE. « De plus, l’approche retenue par le Parlement européen va à l’encontre des démarches déjà engagées contre la déforestation, notamment dans les zones ou le risque est le plus fort » estiment les trois organisations.

Selon elles, l’exigence d’une traçabilité est actuellement infaisable pour les petits producteurs et risque de les exclure de la chaine d’approvisionnement. Les choix retenus par les parlementaires sont de nature, selon ces organisations, à inciter les entreprises à s’approvisionner hors des zones les plus à risques de déforestation dans le cadre de leur stratégie de réduction de risque ce qui va à l’encontre d’une amélioration générale de la situation.

« Le manque d’alternative à la traçabilité de l’origine des produits de soja et des palmes et les mesures adoptées par le Parlement européen qui vont chahuter les marchés vont probablement affecter la disponibilité de ces matières premières dans l’UE et ainsi, contribuer à la pression inflationniste sur les produits alimentaires ou non alimentaires qui les contiennent », jugent les trois partenaires. Coceral, Fediol et Fefac plaident pour que la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil travaillent avec les acteurs de la chaine d’approvisionnement durant la période des négociations à venir pour identifier les solutions permettant de réduire tous ces impacts négatifs.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
En 2022, plus faible production française de maïs du XXIe siècle, selon Agritel
La production de maïs hexagonale 2022 est attendue sous les 11 Mt, chiffre qui pourrait être de nouveau révisé à la baisse. Celle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne