Aller au contenu principal

Protéines végétales en alimentation humaine
Un marché mondial des protéines végétales à 162 Md$ en 2030

Une nouvelle étude estime que le marché mondial des protéines végétales sera multiplié par plus de cinq entre 2020 et 2030.

© Bloomberg

Dans un rapport intitulé « Le marché de l’alimentation à base de plantes voué à une croissance explosive », paru en août 2021, Bloomberg Intelligence (la branche étude et recherche du groupe Bloomberg) estime que le marché mondial des aliments à base de plantes pourrait atteindre les 162 Md$ en 2030 (contre 29,4 Md$ en 2020), soit 7,7 % du marché global des protéines.

Plusieurs faits récents accréditent que ce segment s’installe de plus en plus dans le « paysage » de la production alimentaire. Les petites start-up d’hier continuent leur expansion et deviennent des entreprises de taille respectable, de plus en plus désireuses de s’introduire en bourse pour assurer le développement de leur financement. Ces mêmes start-up, comme Beyond Meat, Impossible Foods ou encore Oatly - connues désormais du grand public -,  passent des accords de partenariats de plus en plus nombreux avec des entreprises/chaînes de restauration rapide, des géants de l’agroalimentaire ou encore des chaînes de distribution alimentaire. Autre fait notoire : des grands de l’agroalimentaire créent leur propre activité de R&D sur ces sujets, passent des accords avec des entreprises spécialisées ou créent même des campagnes publicitaires dédiées à ce segment de produit.

Un développement mondial

Selon le rapport de Bloomberg Intelligence, les ventes mondiales de produits alternatifs à la viande (4,2 Md$ en 2020 ; 74 Md$ en 2030) pourraient atteindre 5 % du total du marché des viandes en 2030 (contre 1 % aujourd’hui), si ce secteur suit la même dynamique que celle des produits laitiers alternatifs. Les ventes de ces derniers, justement, pourraient compter pour 10 % du marché global des produits laitiers (contre 4,5 %), « un marché déjà assez mature ».

C’est la région Asie-Pacifique à qui devrait revenir la plus grosse part du gâteau en matière de consommation d’aliments alternatifs à base de protéines végétales : 64,8 Md$ de ventes en 2030 (13,5 Md$ en 2020) devant l’Amérique du Nord et l’Europe (40 Md$ chacune), l’Amérique du Sud (8,8 Md$) et l’Afrique-Moyen-Orient (8,2 Md$).

D’après Bloomberg Intelligence, si la dynamique enclenchée aujourd’hui se poursuit (R&D, pénétration du marché, ventes globales), « les solutions d’alimentations alternatives à base de protéines végétales ont le potentiel pour s’enraciner comme une option viable en GMS et dans les restaurants ».

Un autre facteur global et transversal plaide en faveur du développement de ce secteur : la croissance de la population mondiale qui va pousser les gouvernements à mettre en place des chaînes de production alimentaire différentes de celles qui existent majoritairement à l’heure actuelle. Enfin, les coûts de production des aliments à base de protéines végétales en alternatives aux produits carnés et laitiers ne cessent de baisser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne