Aller au contenu principal

Trotec souhaite se développer en valorisant le pain des GMS en alimentation animale

Fondée il y a plus de 50 ans, la société Belge Trotec a construit une usine dans la Drôme en 2017 pour développer sa valorisation des anciennes denrées alimentaires en matières première pour l’alimentation animale. Elle travaille actuellement sur de nouveaux gisements.  

Sigrid Pauwelyn, directrice générale de Trotec
© Yanne Boloh

Pains, biscuits, confiseries, chips, chocolats, pâtes, céréales de petit déjeuner… : Trotec récupère et valorise les anciennes denrées alimentaires qu’elle transforme en matière première standardisée pour l’alimentation animale, le Trotec Q1002.

« La société a été fondée à Veurne en Belgique par mes parents il y a 50 ans» détaille l’actuelle directrice générale, Sigrid Pauwelyn. Elle explique : « nous avons ouvert une seconde usine à Albon dans la Drôme en 2017 pour élargir notre zone d’approvisionnement car nous collectons dans les 400 km autour du site ». Issu de l’économie circulaire, le produit affiche donc de bons résultats en terme d’impact carbone et le traitement thermique qui lui est appliqué allonge sa durée de vie à un an.

« Nous travaillons avec nos fournisseurs pour réduire leurs déchets à la source puis nous valorisons ce qu’il en reste en développant si besoin des technologies adaptées comme pour le déballage des barres chocolatées », détaille la dirigeante. L’entreprise transforme environ 250 000 t/an d’anciennes denrées alimentaires pour la nutrition animale. 

Vers +50 000 t/an

Engagée dans le programme Life de l’UE de réduction du gaspillage alimentaire et de l’économie circulaire, elle vise à augmenter sa production de 50 000 t/an avant fin 2023 ans (32 000 t déjà réalisée mi-2022) en allant chercher de nouvelles sources d’anciens produits alimentaires pouvant être valorisé en nutrition animale et actuellement sans valorisation « Il ne s’agit pas de détourner de leur valorisation des produits qui reviennent déjà dans la chaine alimentaire », souligne la responsable.

C’est le cas non seulement dans l’agroalimentaire mais aussi en distribution. « Le pain représente par exemple 30% des flux de matières organiques des GMS. Il faut que cette collecte soit bien organisée pour éviter toute contamination par des produits d’origine animale mais voilà un très beau gisement », conclut Sigrid Pauwelyn. 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF fait le point sur la hausse des coûts de production de la farine (blé, énergie, papier, carton…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne