Aller au contenu principal

Meunerie
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)

Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la Cité du vin à Bordeaux le 9 septembre.

© Alexas_Fotos (Pixabay)

"Michel Edouard Leclerc a parlé de spéculation mais il y a une réalité factuelle : forte baisse de production aux Etats-Unis et en Russie, une récolte hétérogène en Europe, et une forte demande. La tension est donc forte sur le marché du blé tendre", a justifié Jean-François Loiseau, président de l'Association de la Meunerie française à Bordeaux le 9 septembre.

Une prise de parole qui fait suite aux propos du président du Comité Stratégique des centres E.Leclerc, tenus sur le plateau de BFM TV le 27 août dernier. "Avant même les négociations commerciales qui seront encadrées cette année avec la loi Egalim 2, on nous annonce des hausses sur le sucre raffiné de 10%, sur les pâtes de 23%, sur la charcuterie entre 9 et 15%, sur le vinaigre 15%, sur l'huile d'olive 11%", avait-il regretté, ajoutant dans un tweet qu'" il y a de la spéculation sur un manque de disponibilité du blé et du mais. On nous annonce trop de hausses : c'est pas sérieux !"

 

céréales10092021
Cours des principales céréales françaises au 10 septembre 2021


Pour Jean-François Loiseau, "le blé vendu autour de 240 euros/t n'est pas excessif" au regard du coût de production chez l'agriculteur "compris entre 180 et 2000 euros/t cette année". "Chaque entreprise doit mener son compte d'exploitation normalement", a-t-il estimé.

«La forte hétérogénéité de la qualité des blés suite à la récolte mobilise tout le savoir-faire des meuniers et des organismes stockeurs sur les allotements, le triage et l’homogénéisation» a assuré Jean-Francois Loiseau, président de l’ANMF le 9 septembre à Bordeaux. Malgré cela, les meuniers ne devraient pas avoir de difficulté pour s'approvisionner en lot approprié cette année. «Les meuniers continuent à s’approvisionner à près de 100 % en blé français» a-t-il illustré. Pour autant, les prix du blé tendre ont nettement progressé dans ce contexte ainsi que les charges pour les meuniers avec une hausse de l'énergie (notamment du gasoil), du prix de l'emballage papier et de l'acier.

Lire aussi : Les meuniers français enregistrent un recul de 3,3 % de la production de farine en 2020

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Prix des Céréales le 20 août : recul des cours du blé à Chicago, très légère hausse sur le marché européen

Les principaux cours du blé et du maïs ont nettement reculé vendredi 20 août à Chicago. Sur Euronext, ceux-ci…

Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne