Aller au contenu principal

Distribution
Les négociations commerciales 2021 ont un goût d’inachevé

Les pourparlers sur les tarifs entre les secteurs de l’agroalimentaire et de la distribution sont terminés. Tour d’horizon et focus sur le secteur BVP.

La guerre des prix et la déflation seront de mise pour les produits alimentaires en 2021, selon Unigrains
© Gerd Altmann/Pixabay

Le bilan des négociations commerciales entre industriels et distributeurs pour 2021 s’avère mitigé. Comme les années précédentes, chacun accuse l’autre des échecs.

Avec la crise sanitaire liée à la Covid-19, il était bien sûr difficile de négocier des tarifs quand des pans entiers du secteur alimentaire n’ont quasiment pas fonctionné. En arrière-fonds également, un pouvoir d’achat des ménages – qui aurait, certes, légèrement augmenté en 2020 – mais une volonté d’épargner bien plus forte que d’habitude et une incertitude au moins aussi forte des consommateurs et des épargnants sur l’avenir.

Unigrains, spécialiste de l’investissement dans les industries agroalimentaires, vient de publier une note parlant d’un « environnement de plus en plus complexe » en 2021, d’une « évolution incertaine des ventes » et d’un « tassement de la croissance » attendu dès mars. Pour l’investisseur, la guerre des prix et la déflation seront de mise concernant les produits alimentaires.

« Pour nous, cela a bien fonctionné », constate Stéphane Corthier, président de DGF (fournisseur alimentaire de la boulangerie-pâtisserie), qui poursuit : « Pendant toute l’année 2020, nous n’avons eu de cesse de communiquer et d’échanger sur nos chiffres, notre trésorerie, nos résultats avec l’idée que tout cela servait à la fois nos clients et nos fournisseurs ».

Du côté de la Fédération des entrepreneurs de la boulangerie, les adhérents n’ont pas encore fait remonter d’informations sur ce sujet. À La Coopération agricole, on estime qu’il est encore trop tôt pour avoir des réactions. Idem pour les secteurs de la meunerie et de la pasterie.

C’est dans ce contexte que Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a donné rendez-vous aux différentes parties prenantes, fin mars, afin de discuter en renouvelant l’axe des négociations : « contractualisations pluriannuelles » plutôt que « négociations annuelles ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Nestlé choisit la France pour tester l'agriculture régénératrice
Le groupe international associe ses partenaires agricoles français à une démarche remettant le sol au coeur de l'activité agricole
Sofiprotéol mise sur les protéines végétales et le bio en 2021
La société d'investissement Sofiprotéol a fait le point sur l'année 2020 et présenté ses ambitions pour 2021
Lustucru pourrait racheter Panzani en France
La possibilité de la cession du pôle Pâtes sèches d'Ebro Foods est à nouveau d'actualité.
1,3 Md€ de chiffre d'affaires en 2020 pour la branche agricole d’Agrial
La branche agricole de la coopérative a moins souffert que les autres segments d’activité. L’activité globale a légèrement reculé.
Dunkerque Port : un PCUF pour faciliter le contrôle des marchandises
Le Point de contact unique à la frontière (PCUF) du port de Dunkerque présente « les mêmes standards de compétitivité…
« 2021 se présente bien mais il faut refaire des stocks »
Pierre Bégoc, directeur général de Désialis, spécialiste en Europe des produits déshydratés, fait le point à la veille de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne