Aller au contenu principal

Meunerie
L'ANMF souhaite faire reconnaître l'excellence de la farine française et rendre les métiers de la meunerie attractifs

La convention de la meunerie à Bordeaux le 9 septembre a été l'occasion pour l'Association nationale de la Meunerie française de présenter sa nouvelle secrétaire générale et de préciser les grands enjeux du secteur pour les années à venir.

De gauche à droite : Anne-Céline Contamine, nouvelle secrétaire générale de l’ANMF, Jean-François Loiseau, président de l'ANMF et Flavie Souply, responsable des affaires réglementaires de l'ANMF
© Rodophe de Ceglie

 

"La farine n'est pas un une commodité comme une autre. C'est un produit noble qui demande un travail d'assembleur, de trieur et d'industriel notamment", a insisté Jean-François Loiseau, président de la Meunerie française, lors d'une conférence de presse en amont de la convention de l'ANMF. "La farine doit être propre, saine et répondre à un cahier des charges" a-t-il ajouté.
Pour la Meunerie française, le secteur souffre d'un manque de reconnaissance auprès du grand public, lié à une méconnaissance du métier par la population française en général.

Le nouveau bureau de l'Association nationale de Meunerie française, qui a accueilli cet été sa nouvelle secrétaire générale Anne-Céline Contamine, a ainsi présenté les principaux enjeux sur lequel il travaillera dans les mois et années à venir : Mettre en valeur le travail du meunier au travers de son produit, la farine, mais aussi faire reconnaitre la profession de Meunier.
Cette dernière fait face, et ce depuis plusieurs années maintenant, à un manque d'attractivité auprès des jeunes français. "Notre filière connait un problème de recrutement" a rappelé Jean-François Loiseau.
Rien de bien nouveau dans le fonds, mais la situation est de plus en plus urgente à mesure que les années passent.

L'école nationale supérieure de Meunerie et des Industries céréalières, qui a formé des générations de meuniers, connait depuis les années 2000 une baisse drastique des étudiants. L'enseignement dispensé dans l'école de Surgères (ENILIA-ENSMIC) ne serait "pas suffisamment spécialisé" et ne correspondrait plus aux besoins actuels de la profession, selon l'ANMF. Et même au delà de la Meunerie puisque ce sont toutes les industries céréalières qui sont visées, notamment la Nutrition animale.
Le départ de la rue Fortin à Paris (13e arrondissement) pour la ville de Surgères en Charente maritime ne saurait expliquer à lui seul ce désengouement pour les formations dispensés par l'école.

Un double travail doit donc être réalisé, d'abord au niveau de l'école pour étudier les programmes, les renforcer si besoin, et s'assurer de la qualité de l'enseignement dispensé. Ensuite, il s'agira de communiquer vis à vis des étudiants pour les attirer vers les métiers de la transformation des céréales.

Lire aussi : Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Bourse aux grains de Sète : un peu plus de 300 personnes sont attendues, les 16 et 17 septembre à La Canopée
La Bourse aux grains de Sète est de retour en 2021, après avoir été annulée en 2020 pour cause de Covid-19. Entretien avec…
Un marché mondial des protéines végétales à 162 Md$ en 2030
Une nouvelle étude estime que le marché mondial des protéines végétales sera multiplié par plus de cinq entre 2020 et 2030.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne