Aller au contenu principal

Blé dur et pâtes bio
« Stocker sur la précédente récolte de blé dur pour anticiper les risques sur la suivante », la stratégie de Jean-Philippe Lefrançois, DG d'Alpina Savoie

A la veille de Natexpo et dans le contexte d’une consommation en produits bio qui progresse sans cesse, Jean-Philippe Lefrançois, directeur général d’Alpina Savoie, raconte le parcours de l’entreprise dans le secteur bio.

« Pour nous développer, nous adaptons nos besoins aux ressources en approvisionnement », souligne Jean-Phlippe Lefrançois, DG du fabricant de pâtes Alpina Savoie.
© Alpina Savoie

Où en êtes-vous en matière de bio origine France chez Alpina Savoie ?

Nous avons commencé à acheter quelques tonnes de blé dur bio français il y a environ vingt ans. Aujourd’hui, nous utilisons 4 000 t à 5 000 t de blé dur cultivé en France. L’objectif est d’atteindre les 10 000 t d’ici à cinq ans. C’est un travail qui se fait en filière et avec nos partenaires. Nous travaillons notamment avec deux groupements de producteurs, Biosud en Camargue et Agribio Union en Occitanie, au sein d’une structure baptisée Sud Blé Dur Bio. Nous échangeons aussi avec Arvalis-Institut du végétal pour la partie agronomie et rotation des cultures (riz/blé dur/luzerne et parfois tournesol). Nous sommes également accompagnés dans notre développement par l’Agence bio. Pour nous développer, nous adaptons nos besoins aux ressources en approvisionnement. Nous recherchons à accompagner de nouveaux agriculteurs dans le Rhône et nous venons aussi de signer un accord avec les coopératives Drômoise de céréales et Union bio sud-est. Nous venons également de rencontrer Berry Graines pour développer nos activités en quinoa bio origine France.

Certains volumes de blé dur bio sont importés. Êtes-vous concernés par ce sujet ?

L’ensemble de notre gamme Alpina Savoie en bio est 100 % bio origine France. Nous travaillons avec des blés d’importation, en général Espagne et Italie, pour la fabrication de produits pour le compte des industriels et des MDD. Excepté pour la MDD Carrefour, partenaire historique de notre entreprise, dont le cahier des charges stipule une origine France et pour qui nous produisons deux références en blé dur bio.

Consommation bio et Covid-19, une croissance éphémère ou une tendance ?

Il est difficile de prévoir exactement l’impact à long terme du Covid-19 et du confinement sur la consommation du bio en France. Cependant, il est vrai que la période de confinement a fait grimper les ventes. Mais si on regarde à plus long terme, je pense que nous avons une vraie tendance de fond sur ce sujet. Il est incontestable que le Covid-19 a ramené du sens dans l’acte de manger et l’alimentation en générale. Nous répondons également aux attentes de nouvelles générations très engagées sur les questions du goût, du sain, de l’environnement ou encore de l’économie locale. Elles ne sont pas uniquement portées par une vision globale sur l’alimentation et l’environnement mais aussi par le fait de répondre à des questions comme « à quoi je m’engage personnellement par mes choix alimentaires », ici et maintenant.

Un mot sur la récolte 2020 ?

En 2020, nous serons sur une année dans la moyenne des dix dernières années, avec un rendement moyen et une qualité moyenne. C’est conforme à nos attentes et cela suffira à nos besoins. Pour verrouiller nos engagements, 30 % de nos besoins de l’année à venir proviennent de stocks de report que nous avons constitué sur la précédente campagne. Cette stratégie nous permet de faire face à des problèmes de qualité ou de quantité sur une année et d’éviter ainsi une rupture d’approvisionnement.

Les plus lus

Baisse de la TVA sur l'alimentation animale en 2023
Au 1er janvier 2023, le taux de TVA applicable aux ventes d’aliments pour les animaux producteurs de denrées alimentaires et aux…
Four à pain dans une boulangerie
Flambée des prix de l’énergie : quelles aides pour les boulangers ?
Face à l’explosion de leurs factures énergétiques, le gouvernement a réuni les représentants des boulangers ce jour pour évoquer…
Intact Regenerative et Axéréal lancent une filière protéine végétale dans le Loiret
Le projet doit démarrer en 2023 et être opérationnel pour la moisson 2024
Algama lève 13 M€ pour remplacer les œufs par des solutions à base d’algues
  Une levée de fonds qui servira notamment à lancer un site industriel en Belgique. Le procédé peut intervenir en boulangerie…
InVivo présente la stratégie d'Episens, nouveau pôle Blé du groupe coopératif
Regroupant les activités Meunerie, Ingrédients et filière BVP, d'InVivo, Episens est la nouvelle entité d'InVivo, présentée au…
Prix des céréales - Nouveau retrait des cours du blé et du maïs sur Euronext, en l'absence de marché aux Etats-Unis
L’évolution des cotations des céréales françaises (blé, orge, maïs) entre le 13 et le 16 janvier, expliquée par La Dépêche Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne