Aller au contenu principal

Des exportations françaises d’orges revues à la hausse par FranceAgriMer, mais à la baisse en blé tendre

Les stocks hexagonaux d’orges et de maïs ont été revus en baisse d’environ 100 000 t entre mars et avril 2024 par FranceAgriMer, et ceux de blé tendre en très succincte hausse.

Des exportations de blé en berne, mais un regain d'intérêt en orge et en maïs.
© analogicus-Pixabay

Les bilans céréaliers français de FranceAgriMer (FAM) ont peu varié entre les mois de mars et d’avril 2024 pour la campagne commerciale 2023-2024. Les principaux changements concernent l’orge, avec une révision à la hausse de 200 000 t des chargements vers les pays-tiers. En blé tendre, les principales corrections concernent également les projections d’exportations, mais aussi de consommation des fabricants d’aliments pour animaux (FAB) et de l’amidonnerie/glutennerie. En maïs, les modifications se concentrent essentiellement sur les expéditions.

En orge, les exportations vers les pays-tiers sont désormais attendues par FAM à 3,6 Mt en avril 2024, contre 3,4 Mt en mars 2024. Ceci essentiellement grâce à la demande chinoise. Ces dernières semaines, les primes portuaires avaient progressé, témoignant d’une certaine dynamique de l’intérêt des chargeurs et, par ricochet, de la demande internationale. En revanche, les chiffres vers l’Espagne ont été revus à la baisse, entraînant un effritement des projections de l'export vers les Etats membres de l’UE de 35 000 t environ entre mars et avril, pour tomber à 3,016 Mt. Les stocks de fin de campagne 2023-2024 régressent d'un peu moins de 90 000 t, à 1,664 Mt.

Des exports de blé tendre vers pays-tiers en berne

Du côté du blé tendre, les prévisions d’exportations 2023-2024 vers les pays tiers ont été revues à la baisse de 150 000 t, à 10 Mt. « Le blé tendre français manque de compétitivité sur l’Afrique du Nord, notamment l’Algérie », a commenté Adèle Dridi, chargée d’études économiques sur les céréales françaises, lors de la conférence de presse suivant le conseil spécialisé grandes cultures de FAM le 17 avril 2024 en visioconférence. Celles vers l’UE ont été rehaussées d’un peu moins de 100 000 t, à 6,281 Mt. Les flux attendus vers l’Irlande, le Benelux et l’Allemagne ont été corrigés à la hausse, et à la baisse vers le Portugal, précise FAM. La consommation des FAB a été révisée à la hausse de 130 000 t, à 4,650 Mt, compte tenu du regain de compétitivité de la matière première en formulation. Celle de l’amidonnerie/glutennerie a été abaissée de près de 100 000 t, à 2,22 Mt. « Il se pourrait que ces chiffres soient encore optimistes », prévient l’experte de FAM. En conséquence, les stocks finaux prévisionnels pour 2023-2024 sont espérés à 3,751 Mt ce mois-ci, contre 3,742 Mt le mois antérieur.

Lire aussi : "Les stocks français de blé tendre et de maïs grimpent encore, selon FranceAgriMer"

Plus de 4 Mt d’export français de maïs ?

En maïs, les expéditions hexagonales grimpent de 120 000 t d’un mois sur l’autre, à 4,047 Mt. Celles vers l’UE gagnent 50 000 t, à 3,527 Mt, grâce à l’intérêt espagnol, et celles vers les pays-tiers de 70 000 t, à 420 000 t. « Nous constatons un recul des exportations ukrainiennes. Néanmoins, des annulations de commandes de la part de la Chine de maïs ukrainien pourraient réorienter ces marchandises vers l’UE, notamment l’Europe du Nord », alerte Adèle Dridi. Notons un léger décrochage de la consommation des FAB de 30 000 t d’un mois sur l’autre à 2,7 Mt. Les réserves de fin de campagne sont espérées à 2,336 Mt, en repli de 98 000 t par rapport au mois antérieur.

En blé dur, les stocks de fin de campagne sont attendus à 112 000 t ce mois-ci, contre 113 000 t précédemment.

Les plus lus

Le bioéthanol pourrait représenter 1 % de la SAU française en 2035

Si la France compte 30 millions de voitures en 2035 dont 5 millions fonctionnant à l’E 85 à raison de 3,5 litres/100 km alors…

Prix des céréales - Nette progression des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 3 et le 6 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Net rebond des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 2 et le 3 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Repli des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme en récolte 2023 mais hausse en récolte 2024

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 1er et le 2 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Marché des engrais : tendance baissière en azote et phosphore

Malgré un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient engendrant la crainte de pressions sur les matières premières, le…

Tour de plaine en France : des surfaces de tournesol attendues stables entre 2023 et 2024, voire en légère baisse

Les pluies ont perturbé les semis de tournesol en France, qui se profilent sans grande évolution d'un an sur l'autre. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne