Aller au contenu principal
Font Size

Filière Bière
[Coronavirus Covid 19] Kronenbourg se positionne pour accompagner la reprise

Le brasseur français (700 Ml de bière par an et 1 200 salariés) agit dans le cadre du déconfinement et prépare la saison d’été.

Le site de production du brasseur Kronenbourg à Obernai (Bas-Rhin) dans la région Grand Est
© Kronenbourg

Pendant la période du confinement suite à la crise du Coronavirus, le brasseur d’Obernai (Bas-Rhin) avait fait le choix de ne pas s’exprimer publiquement, le groupe estimant, fin avril, que le marché de la bière pourrait reculer de 30 à 40 % en 2020 en cafés, hôtels et restaurants en France. « Il s’agit d’une estimation qui devra s’affiner dans les mois à venir avec l’intensité de la reprise », commente Kronenbourg aujourd’hui qui prévoit, par ailleurs, « une activité totale 2020 en baisse entre 8 et 15 % » pour l’entreprise. (voir aussi : Kronenbourg, il y a un an)

C’est via une longue communication à la presse que le spécialiste de la bière a précisé le 15 juin quelles étaient ses intentions pour la suite de l’année. « Depuis toujours, Kronenbourg place l’Humain et la confiance au centre de ses préoccupations. Notre priorité absolue a d’abord été la sécurité et la protection de nos salariés ainsi que l’accompagnement des équipes » écrit Rémy Sharps, président directeur général de Kronenbourg SAS, en préambule. La brasserie a pu poursuivre ses activités en Alsace, au cœur de la pandémie, en produisant des « milliers d’hectolitres » de bières pour livrer « les grandes enseignes de la distribution (GMS), seul débouché après la fermeture administrative des cafés, hôtels et restaurants ».

Rebondir et mettre en avant certaines valeurs

Kronenbourg (qui appartient au groupe Carlsberg et qui détient les marques 1664, Grimbergen et Tourtel) prépare désormais la relance pour valoriser la saison d’été, traditionnellement une forte période de ventes pour les brasseurs.  « Il s’agit aussi de penser « à la vie d’après » dans chaque secteur, la GMS et le CHD fortement impacté, avec la mise en place d’un plan de reprise d’une activité qui se doit d’évoluer mais en toute sécurité pour nos salariés et nos interlocuteurs » écrit le PDG.

Kronenbourg veut agir tous azimuts, voulant « soutenir à la fois la société civile, la grande distribution française ainsi que les distributeurs et les établissements du CHR tout particulièrement touchés par plusieurs mois de fermeture ». Il s’agit de « faire vivre durablement après la crise sanitaire l’esprit d’entraide et de solidarité entre les Français ; rassurer les consommateurs sur l’origine française de ses produits et leurs ingrédients locaux (NDLR : malt de la région Grand Est, une partie du houblon est produit en Alsace, les bouteilles dans les Vosges et l’eau est puisée dans la nappe sous la brasserie) ; réimplanter ses produits dans les linéaires de la grande distribution et les établissements du CHR ; développer l’attractivité de son offre bière auprès du grand public… et proposer de nouveaux outils digitaux aux établissements du CHR pour s’adapter aux nouvelles conditions d’exploitation induites par le contexte sanitaire et l’évolution des comportements des consommateurs ». L’entreprise va aussi soutenir l’offre saisonnière de ses marques en sans alcool et en bières blondes.

Pour préparer le redémarrage en grandes et moyennes surfaces, l’entreprise a aussi pris la décision, dès la fin du confinement et sur la base du volontariat, de renforcer l’ensemble de la force de vente GMS. C’est ainsi que 50 % de la force de vente en CHR, encore à l’arrêt suite à la fermeture administrative des établissements, est venue rejoindre les équipes GMS.

Soutenir l’activité économique et les réouvertures

La marque 1664 s’est associée à Tudigo (plateforme de financement participatif) et à Origine France Garantie (marque commerciale créée en mai 2011, initiée et promue par l'association Pro France) pour soutenir, à travers un fonds de solidarité doté de 55 000 € au départ (mais qui pourra atteindre 400 000 €), les entreprises françaises fragilisées par les effets de la pandémie de Covid-19 (notion de financement rapide pour assurer la survie de certaines structures).
D’un côté, 1664 abondera ce fonds dans les semaines et mois à venir par des opérations solidaires portées par la marque dans les magasins de la grande distribution ; de l’autre, Kronenbourg abondera la plateforme https//:123Soutenonsnosentreprises.fr : pour chaque euro versé par les internautes dans le cadre d’un achat ou d’un don à une entreprise française présente sur cette plateforme, l’Alsacien doublera la somme, dans la limite de 5 000€ par entreprise. L’abondement total pourra s’élever à 100 000 €. Toujours avec l’idée d’alimenter immédiatement la trésorerie des entreprises qui produisent en France.
Parallèlement, 1664 lance une campagne de communication pour faire connaitre son « Origine France Garantie ».

Par ailleurs, Kronenbourg a décidé « d’encourager la remise en route des tirages pression de ses marques », avec une enveloppe totale de 3 M€ destinée aux établissements du secteur de la consommation hors domicile sur l’ensemble de la France. De même, dès le 11 mai, la société a mis en place des « dispositions spécifiques pour constituer des stocks avancés dans les entrepôts des distributeurs et éviter ainsi l’engorgement des camions aux quais de chargement de la brasserie lors de la reprise de l’activité ».

Autre décision : « les dates de durabilité minimale (DDM) des fûts ont été prolongées sans que cela n’entraîne de risques pour la santé du consommateur ». En la matière, Kronenbourg se réfère à une communication de la DGCCRF « pour rappeler que les denrées alimentaires ayant une DDM dépassée peuvent être commercialisées et restent parfaitement consommables ». Rappelons que la DDM est une date fixée sous la responsabilité de chaque brasserie. Pour sa part, Kronenbourg, qui n’a pas été amenée à détruire des stocks de bières non vendus en raison de la baisse de la consommation pendant la période de confinement, affiche une DDM de 3 à 6 mois. Elle a été augmentée de 3 à 6 mois par l’entreprise. 

Des services numériques et du lien social

Depuis le début du mois de juin, l’entreprise propose la plateforme « Mon CHR » qui permet de centraliser différentes informations publiées pour la filière et « conseille sur les modalités opérationnelles de réouverture des établissements ». Avant la fin du mois sera lancé au niveau national « KroworKing », référence au travail collaboratif, une nouvelle plateforme digitale de services pour les gérants d’établissement du CHR commercialisant les produits de Kronenbourg. « Cette plateforme digitale présente les services de start-up innovantes, qui ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, afin d’améliorer avec efficacité et sérénité le quotidien des gérants d’établissements du CHR » Trois thématiques concernent cette plateforme : l’optimisation de la gestion, l’augmentation du trafic et de l’animation et enfin le respect de l’environnement.

Enfin, Kronenbourg, qui revendique une expérience de plus de 150 ans dans les cafés, hôtels et restaurants implantés dans les zones rurales, s’est associée, à travers sa fondation d’entreprise, à l’initiative « 1 000 cafés » du groupe SOS, spécialiste de l’économie sociale depuis 35 ans. Il s’agit de « revitaliser les communes rurales en ouvrant ou en reprenant 1 000 cafés dans 1 000 communes de moins de 3 500 habitants qui n'ont plus de café ou risquent de le perdre.

1664SansAlcool
Après le Coronavirus, Kronenbourg lance
une 1664 sans alcool 0,00%.

Côté nouveau produit, un nouveau brassin « Grimbergen de Saison » va être proposé en CHR dès la réouverture des établissements concernés. Sous la marque 1664, le brasseur lance « 1664 Blonde sans alcool 0,0 % », disponible en GMS depuis début juin et en CHR à la fin du mois. Une bière fraîche qui la classique 1664, et son houblon de type Strisselspalt, mais sans alcool.

Voir aussi :
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Blé tendre : vers une récolte biologique 2020 qualitative à défaut de quantité
Comme pour les blés non-bio, les conditions météos de l’automne-hiver puis du printemps ont marqué les semis et les conditions de…
Avril/DSM: Construction d'un site de production de protéines de colza pour l'alimentation humaine sur Dieppe au premier trimestre 2022
Les groupes Avril et Royal DSM ont annoncé le 15 juillet avoir finalisé leur partenariat, visant la construction d'une unité de…
De la farine et du blé de France pour le Liban
Les meuniers français et certains producteurs de blé proposent d’aider le Liban.  
Une récolte française 2020 de blé tendre à 29-31 Mt ?
Le chiffre de 32-33 Mt de blé tendre récolté en France en 2020 n’est plus d’actualité. Les surfaces sont revues à la baisse, et…
Agreste abaisse son estimation de récolte française de blé tendre 2020 à 29,7 Mt
Le ministère de l'agriculture français a également revu en repli ses prévisions en orges et en colza.
Jean-François Lépy (Soufflet Négoce) : Peu de disponibilité en blé tendre et en orge pour l'export d'ici la fin de l'année
Les prix de l'orge et potentiellement du blé tendre pourraient trouver du soutien auprès de la demande chinoise, d'après Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne