Aller au contenu principal

Sécurité alimentaire
[Coronavirus - Covid-19] Jean-François Loiseau : "La filière céréalière a absorbé tous les surcoûts liés au Covid-19"

Le président d'Intercéréales, Jean-François Loiseau, a appelé l'État à "plus de reconnaissance et d'accompagnement" à l'occasion de la conférence mensuelle du Conseil spécialisé de FranceAgriMer.

Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales et de la coopérative Axéréal
© Axéréal

"La crise du Covid 19 n'est pas derrière nous" a lancé Jean François Loiseau, président d'Intercéréales, le 10 juin lors du point presse mensuel du conseil spécialisé Céréales de FranceAgriMer. "Le secteur (filière céréalière, ndlr) a absorbé les coûts" liés à la crise pandémique qu'a connu le pays depuis le début du confinement (17 mars) a assuré Jean-François Loiseau, également président de la coopérative Axéréal. L'occasion pour lui d'adresser un message au gouvernement qu'il souhaiterait plus "reconnaissant" et plus présent pour répondre aux attentes des consommateurs. 

Besoin de reconnaissance et de soutien

"Il fallait rester concurrentiel face à nos concurrents", explique le président d'Intercéréales pour justifier l'absorption des surcoûts liés aux conséquences de la pandémie de Covid19. La forte demande en farine au début du confinement et les conditions de travail extrêmement bousculées ont logiquement entraîné une hausse des coûts de production mais pas seulement. Tout aurait été intégré par la filière agricole et agro-alimentaire, aussi bien l'impact des mesures sanitaires au sein des entreprises, que les heures supplémentaires jusqu'au transport dont les tarifs ont également pu progresser sur certains segments. 

Face aux besoins en farine, "il fallait bien être en position de la produire. A l'export aussi, nous avons rassuré nos clients et sommes parvenus à travailler correctement. Nous avons fait le job mais ce n'est pas très reconnu par l'état", a regretté le représentant de la filière céréalière française, également président de la Meunerie française. 

Face à la montée en puissance de certains discours depuis le début de la crise appelant à plus d'indépendance, de souverainisme et de pratiques plus respectueuses de l'environnement et de retour à l consommation de produits locaux, Jean-François Loiseau a déclaré que la filière était en mesure de répondre aux attentes des consommateurs très proches et très éloignés. "Nos modèles vont évoluer avec beaucoup moins de chimie, de rejet de carbone" a-il assuré tout en mettant en garde : "le terme de souveraineté a coûté la place à certains dirigeants" ajoutant que ce terme était vieux de "deux siècles". 
Pour Jean-François Loiseau, "le poids de la réglementation en France est beaucoup trop lourd." Et de conclure, "il nous faut un support de l'état" pour promouvoir l'alimentation de demain.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
Transgrain France va arrêter son activité !
L'annonce a été faite le 24 novembre par l'intermédiaire d'un laconique communiqué.
[Covid-19] Les filières de la transformation des grains sereines sur les livraisons pendant le reconfinement
Si des inquiétudes sur l'impact économique de ce nouveau confinement se font sentir, les transformateurs de grains se veulent…
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne