Aller au contenu principal

Herbicide
12 préfets saisis en urgence par les filières bio pour interdire le prosulfocarbe

Alors que les désherbages chimiques d’automne sur les céréales ont commencé, la Fnab, Forébio et Générations futures viennent de saisir douze préfets pour demander l’interdiction d’urgence de l’herbicide qui a contaminé 14 producteurs de sarrasins bio l’an passé.

herbicide
Le prosulfocarbe est majoritairement utilisé sur les céréales et pommes de terre.
© JC Gutner

« Le prosulfocarbe, herbicide très volatile, contamine chaque année des cultures sur lesquelles il n’est pas utilisé, notamment des cultures bio. Les désherbages chimiques d’automne sur les céréales ont commencé et malgré notre demande de suspension des autorisations de mise sur le marché formulée en juin, rien d’a été fait pour empêcher de nouvelles contaminations », déplorent dans un communiqué commun la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), Forébio (la fédération des organisations économiques 100% bio) et l’association Générations futures.

S’appuyant sur l’article 5 de l’arrêté du 4 mai 2017 relatif à la mise sur le marché des produits phytosanitaires selon lequel en cas de risque exceptionnel et justifié, l’utilisation des produits peut être restreinte ou interdite par arrêté préfectoral, les trois organisations ont saisi le 14 octobre douze préfectures de départements (1) d’une demande d’interdiction immédiate et temporaire des produits à base de prosulfocarbe. Cet herbicide est utilisé majoritairement sur les céréales et pommes de terre.

« L’an dernier, 14 producteurs de sarrasin biologique ont vu leurs récoltes contaminées, avec des résidus allant jusqu’à 100 fois les limites maximales autorisées », selon la Fnab, Forébio et Générations futures. Les trois organisations estiment à 80 000 euros le manque à gagner des récoltes détruites « sans que ni l’Etat, ni les assureurs ne puissent indemniser les agriculteurs et agricultrices victimes (faute d’identification des responsables à l’origine de la pollution) ». Pour soutenir l’engagement d’une procédure juridique, 16 agriculteurs bio dont Guillaume Cohu ont lancé une collecte participative sur Miimosa.com.

Les régions Bretagne et Pays de la Loire sont particulièrement concernées par les contaminations sur de l’herbicide sur des vergers de pommiers ; les régions Centre Val de Loire, Normandie et Bourgogne-Franche-Comté ont régulièrement des contaminations sur des récoltes de céréales, affirment la Fnab, Forébio et Générations utures.

 

(1) Mayenne, Sarthe, Loire-Atlantique, Yonne, Orne, Côtes-d’Armor, Maine-et-Loire, Vendée, Ille-et-Vilaine, Loiret, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Salon des maires de France - Comment atteindre 20 % de bio en restauration collective ?
Le salon des maires et des collectivités locales va se tenir à Paris, porte de Versailles, du 16 au 18 novembre. A cette occasion…
Lait bio : production et consommation ont évolué inversement depuis 2019
Les Marches
La collecte française de lait de vache biologique a fortement progressé ces deux dernières années alors que la consommation s’…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Bovins Viande
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
Crédit d'impôt bio : la Fnab se félicite du soutien de l'Etat
Les Marches
L'Assemblée nationale a adopté le 12 novembre deux amendements pour prolonger et augmenter le crédit d'impôt bio.
Lou Légumes triple ses capacités de production de champignons
Fruits et Légumes
Avec la construction d’une 2e champignonnière en Mayenne, d’une 3e en Haute-Loire, la reprise de Letocart en Loir-et-Cher et une…
Les transformateurs bio en quête de matières premières bio
Les Marches
Le Synabio publie une carte de France illustrant les besoins en matières premières biologiques de ses adhérents.
Publicité