Aller au contenu principal

L'Italie reste un débouché de choix pour l'élevage français

Partenaire commercial privilégié des éleveurs français, l'Italie fait régulièrement l'objet de visite de terrain. Dernière en date, celle des comités régionaux d'Interbev qui a permis de mieux appréhender les besoins des engraisseurs italiens.

Une quarantaine de personnes a participé à la mission en Italie.
Une quarantaine de personnes a participé à la mission en Italie.
© CC

Avec 1,3 milliard d'euros de recettes, le marché italien représente 57 % des recettes à l'exportation de la filière bovin viande française. 77 % des broutards qui y sont importés proviennent de France, soit entre 800 000 et 900 000 têtes chaque année (essentiellement des mâles, depuis 2015 environ 30 à 35 % de femelles). Par ailleurs, structurellement déficitaire, l'Italie importe 32 % de ces volumes de viande bovine soit près de 70 000 téc en 2019. La France et la Pologne sont sur le podium des pays exportateurs de viande vers l'Italie. « La viande bovine effectivement produite en Italie, qu'elle soit issue d'animaux nés en Italie ou de bovins importés vivants et engraissés en Italie, ne couvre que 53 % de la consommation nationale. Le complément provient de viandes d'import », expliquent les experts de l'Idèle. Dans ce contexte, on comprend que les acteurs de la filière française attachent un soin particulier à répondre aux attentes d'un client devenu incontournable. Dans cette perspective, une délégation des comités régionaux d'Interbev s'est rendue récemment en Italie.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière