Aller au contenu principal

« Le Nutriscore est un outil de santé publique, pas un gadget »

Serge Hercberg, professeur de nutrition à l’Université Sorbonne Paris nord, spécialiste de l’épidémiologie nutritionnelle et co-inventeur du Nutri-score, répond aux détracteurs du logo qui traduit la valeur nutritionnelle des produits alimentaires en une note de A à E.

Serge Hercberg, professeur de nutrition à l’Université Sorbonne Paris nord, spécialiste de l’épidémiologie nutritionnelle et co-inventeur du Nutri-score, répond aux détracteurs du logo qui traduit la valeur nutritionnelle des produits alimentaires en une note de A à E.
Serge Hercberg, professeur de nutrition à l’Université Sorbonne Paris nord, spécialiste de l’épidémiologie nutritionnelle et co-inventeur du Nutri-score, répond aux détracteurs du logo qui traduit la valeur nutritionnelle des produits alimentaires en une note de A à E.
© Hubert Raguet

Depuis 2017, les industriels ont le choix d’afficher ou non le Nutri-score. A-t-il fait la preuve de son efficacité ?
Le Nutri-score est un outil de santé publique, pas un gadget. Il repose sur des bases scientifiques très solides. Il traduit de façon synthétique le tableau de composition nutritionnelle, situé sur l’arrière de l’emballage des aliments, qui est incompréhensible pour le grand public Des études montrent qu’il a un impact positif au plan nutritionnel sur le choix des consommateurs et des travaux menés dans différents pays européens sur des larges populations avaient montré que les personnes qui consomment des produits mieux notés ont moins de chance de développer des maladies chroniques.

L’annonce d’un étiquetage nutritionnel européen obligatoire et harmonisé a réveillé l’opposition des industriels et de certaines organisations de producteurs au Nutri-score qui est en bonne place pour être choisi par l’Union. Que leur répondez-vous ?
Les industriels et les secteurs agricoles qui s’y opposent sont principalement ceux dont les produits sont plutôt notés D ou E sur l’échelle du Nutri-score. Ils disent que l’affichage obligatoire entraînera des conséquences économiques. Ils veulent laisser croire que le Nutri-score interdit la consommation de certains aliments, ce qui est faux. Le Nutri-score ne fait qu’alerter le consommateur sur la composition nutritionnelle d’un produit, de manière qu’il puisse gérer ses choix et comparer un produit à un autre, équivalent dans son usage. Par exemple, un fromage avec un autre fromage. Quand le Nutri-score a été lancé, aucun industriel n’en voulait, mais la pression des consommateurs les a convaincus et certains ont fini par jouer le jeu de la transparence.

Les opposants au Nutri-score demandent notamment une révision de sa méthodologie pour calculer la valeur nutritionnelle des aliments, non plus sur 100 g ou 100 ml, mais sur une portion.
Le calcul du logo doit reposer sur la science, pas sur des intérêts économiques ou industriels. Or, il est très compliqué de définir une portion. La recommandation sera différente en fonction de l’âge, du sexe et de l’activité physique du consommateur. En l’absence de standard scientifique, ce sont les industriels qui fixent la portion recommandée et, si l’on accède à leur demande, ils réduiront la taille de la portion pour faire pâlir l’indicateur et donner l’impression que leurs produits contiennent moins de gras, de sel, de sucre. Et comment estimer, sans balance, une portion de 30 g d’un fromage et de 35 g d’un autre ? La portion de 100 g permet de faire la comparaison avec un dénominateur commun.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière