Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une visite sanitaire obligatoire en 2017

Pour les élevages de plus de 50 brebis, la visite sanitaire sera obligatoire à partir du 1er janvier 2017. Prise en charge par l’État, elle est réalisée par le vétérinaire sanitaire désigné par l’éleveur. D’une durée d’une heure et organisée tous les deux ans, la visite concernera les éleveurs avec un numéro de cheptels impairs en 2017 et ceux avec un numéro impair en 2018. Les avortements seront le thème de cette première campagne.

Bénéficier des conseils de son vétérinaire

La visite sanitaire ovine et caprine a été rendue obligatoire par l’arrêté du 24 septembre 2015 qui élargit aux filières ovine, caprine et apicole le dispositif déjà mis en place dans les filières bovine, avicole et porcine. Cette visite, distincte du bilan sanitaire de l’élevage, doit permettre à chaque éleveur de bénéficier des conseils de son vétérinaire sanitaire. Pour cela, le vétérinaire s’appuiera sur un vade-mecum décrivant le déroulé de la visite, d’un questionnaire dont un exemplaire sera remis à l’éleveur en fin de visite et de la fiche d’information Mesures à mettre en place pour prévenir les avortements qui sera également remise à l’éleveur.

La visite sanitaire permet d’avoir un temps privilégié avec son vétérinaire sur un sujet d’intérêt collectif. Elle permettra aussi de recueillir des données épidémiologiques, sociologiques et de pratiques sur un échantillon représentatif d’élevages, afin de pouvoir ensuite être analysées de façon anonyme. Cette visite n’est pas faite dans un objectif de contrôle et ne rentrera pas dans la conditionnalité des aides.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre