Aller au contenu principal

CONCOURS
Maintenir la biodiversité grâce aux prairies

Le 7 décembre, sept agriculteurs ont été récompensés à Paris pour leur participation au maintien de la biodiversité, grâce à leurs prairies.

© lgeffroy
Le concours agricole des prairies fleuries, organisé par la fédération des Parcs nationaux et des Parcs naturels régionaux, existe depuis trois ans. 250 éleveurs ont participé en 2012 pour tenter de décrocher un prix, avec un chèque de 500 euros à la clé. Il existe plusieurs catégories, qui distinguent prairies de fauche et pâturages, situés en plaine ou en montagne. Dans la catégorie « prairies de fauche de moyenne montagne », le prix a été décerné à Audrey et Sylvain Chevassu, installés il y a trois ans à Pralonan-la-Vanoise avec deux ateliers, ovins viande et caprins lait. Ils transforment le lait de leurs chèvres alpines en fromages. Les ovins ont pour rôle de préparer le pâturage des chèvres laitières au printemps et de finir le parc à l’automne.

AUTONOMIE ALIMENTAIRE

La parcelle récompensée est située à 900 mètres d’altitude, à Saint-Bon-Tarentaise, dans le centre du Parc de la Vanoise. La fauche estivale de cette prairie, décalée grâce au déprimage, et sa diversité floristique, sécurisent la récolte. Derrière les prairies fleuries, il y a l’autonomie alimentaire. « Cette parcelle est située sur une zone en pente, éloignée du siège de l’exploitation, et témoigne de la maîtrise technique des fourrages » a expliqué le jury.
Le couple utilise une salle de traite mobile pendant le pâturage des chèvres, ce qui permet de réduire l’hivernage. « Il faut préserver les prairies de fond de vallée car elles sont convoitées par l’urbanisation », témoigne Sylvain Chevassu. « Celle-ci a une valeur patrimoniale car elle est située au pied de la station de ski de Courchevel » ajoute Audrey. Ces prairies sont fragiles, menacées et pourtant elles ont un rôle agroécologique important. Les richesses locales sont trop souvent ignorées. Les organisateurs, Parcs et chambres d’agriculture, ont salué cet exemple de réconciliation entre l’agronomie et l’écologie.

La prairie fleurie mise en valeur
Les prairies fleuries sont des herbages non semés riches en espèces, qui sont fauchées ou pâturées pour nourrir le bétail. La biodiversité observée correspond à la richesse de la flore et de la faune régionale maintenue et gérée par les agriculteurs. Ce concours, une initiative allemande, dont se sont inspirés en premier les Parcs des Vosges, qui s’est ensuite essaimé dans toute la France, est ouvert aux éleveurs en activité, situé dans le secteur retenu par chaque parc participant, 28 au total en 2012. Un jury local vient examiner la prairie sur place entre avril et septembre puis passe le relais à un jury national qui départage les dossiers
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre