Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CONCOURS
Maintenir la biodiversité grâce aux prairies

Le 7 décembre, sept agriculteurs ont été récompensés à Paris pour leur participation au maintien de la biodiversité, grâce à leurs prairies.

© lgeffroy
Le concours agricole des prairies fleuries, organisé par la fédération des Parcs nationaux et des Parcs naturels régionaux, existe depuis trois ans. 250 éleveurs ont participé en 2012 pour tenter de décrocher un prix, avec un chèque de 500 euros à la clé. Il existe plusieurs catégories, qui distinguent prairies de fauche et pâturages, situés en plaine ou en montagne. Dans la catégorie « prairies de fauche de moyenne montagne », le prix a été décerné à Audrey et Sylvain Chevassu, installés il y a trois ans à Pralonan-la-Vanoise avec deux ateliers, ovins viande et caprins lait. Ils transforment le lait de leurs chèvres alpines en fromages. Les ovins ont pour rôle de préparer le pâturage des chèvres laitières au printemps et de finir le parc à l’automne.

AUTONOMIE ALIMENTAIRE

La parcelle récompensée est située à 900 mètres d’altitude, à Saint-Bon-Tarentaise, dans le centre du Parc de la Vanoise. La fauche estivale de cette prairie, décalée grâce au déprimage, et sa diversité floristique, sécurisent la récolte. Derrière les prairies fleuries, il y a l’autonomie alimentaire. « Cette parcelle est située sur une zone en pente, éloignée du siège de l’exploitation, et témoigne de la maîtrise technique des fourrages » a expliqué le jury.
Le couple utilise une salle de traite mobile pendant le pâturage des chèvres, ce qui permet de réduire l’hivernage. « Il faut préserver les prairies de fond de vallée car elles sont convoitées par l’urbanisation », témoigne Sylvain Chevassu. « Celle-ci a une valeur patrimoniale car elle est située au pied de la station de ski de Courchevel » ajoute Audrey. Ces prairies sont fragiles, menacées et pourtant elles ont un rôle agroécologique important. Les richesses locales sont trop souvent ignorées. Les organisateurs, Parcs et chambres d’agriculture, ont salué cet exemple de réconciliation entre l’agronomie et l’écologie.

La prairie fleurie mise en valeur
Les prairies fleuries sont des herbages non semés riches en espèces, qui sont fauchées ou pâturées pour nourrir le bétail. La biodiversité observée correspond à la richesse de la flore et de la faune régionale maintenue et gérée par les agriculteurs. Ce concours, une initiative allemande, dont se sont inspirés en premier les Parcs des Vosges, qui s’est ensuite essaimé dans toute la France, est ouvert aux éleveurs en activité, situé dans le secteur retenu par chaque parc participant, 28 au total en 2012. Un jury local vient examiner la prairie sur place entre avril et septembre puis passe le relais à un jury national qui départage les dossiers
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre