Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Découverte
Les Mérinos noirs de la vallée du Jabron

Emmanuel Grancher, éleveur de mérinos, a lancé sa propre marque Maco Mérinos en 2008. Il sélectionne aussi des mérinos noirs à laine fine, ce qui lui vaut un partenariat avec des chercheurs italiens.

La laine du mérinos noir a l'avantage de ne pas nécessiter de teinture «chimique».
La laine du mérinos noir a l'avantage de ne pas nécessiter de teinture «chimique».
© lgeffroy

Dans la vallée du Jabron, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Emmanuel Grancher n'est jamais à court d'idées. Cet éleveur de mérinos s'est lancé dans la production de laine noire naturelle, recherchée aussi bien pour des raisons économiques qu'environnementales, car elle ne nécessite pas de teinture « chimique ». C'est un travail de sélection de longue haleine qu'il a débuté sur ses mérinos noirs il y a trois ans, en parallèle de sa sélection sur le mérinos blanc, boosté par l'achat de béliers et brebis achetés en Nouvelle-Zélande.

L'éleveur, qui vient d'être récompensé par le prix national de la dynamique agricole de la Banque populaire, n'est pas le seul en Europe à s'intéresser au mérinos noir. En 2010, des Italiens de l'université de Camerino, dans les Abruzzes, ont rencontré l'éleveur, sa compagne Corine et leurs mérinos noirs. Ces chercheurs ont eux aussi relancé cette race sur leur territoire après en avoir importé de Nouvelle-Zélande il y a une dizaine d'années.

A l'époque, leur objectif était d'éviter l'extinction de la race locale, la Sopravissana (croisement entre des mérinos français et une race italienne) tout en offrant une plus-value économique aux éleveurs situés dans des zones difficiles, grâce à la production d'une laine naturellement colorée, pour qu'ils aient un nouveau débouché. Ils décident alors de créer un centre d'élevage ovin pour cette expérience où ils croisent sept béliers néo-zélandais (laine noire et marron) avec leurs 200 brebis Sopravissana. Ils obtiennent une nouvelle lignée génétique qui produit de la laine d'un diamètre de 19 microns de moyenne. Pour comparaison, les mérinos noirs portugais ont une laine de 22 microns. Pour éviter la consanguinité dans leur troupeau, les scientifiques italiens étaient à la recherche de sang neuf et c'est comme cela qu'ils ont atterris en Provence, pour un échange génétique avec le Gaec Maco Merinos.

Emmanuel Grancher a pour sa part le projet de constituer à terme un troupeau de 250 mérinos noirs. Il a actuellement sélectionné 62 brebis parmi son troupeau de 1500 têtes. Il conserve soigneusement les agnelles noires qui naissent et celles-ci sont bichonnées. Pour que la génétique soit plus facile à suivre, il envisage un seul agnelage d'automne avec ces brebis. Il possède d'ailleurs un très beau bélier mérinos d'Arles noir qui l'aide à constituer son troupeau.




Retrouvez Pâtre sur Facebook


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre