Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les maires refusent la fin du pastoralisme à cause du loup

En se retrouvant pour la troisième fois au col du Glandon en Savoie les 19 et 20 août derniers, bergers, éleveurs, scientifiques et élus adhérents à l’Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (Uspar) ont fait le constat d’une « détresse des éleveurs face aux loups toujours plus prégnante ». Dans un communiqué, l’Uspar, qui rassemble des élus des zones rurales et de montagne, appelle « les pouvoirs publics à obtenir dans les plus brefs délais le déclassement du Canis lupus des textes qui le protègent en France ou en Europe ». Les loups protégés changent de comportement, s’adaptent, attaquent en plein jour jusqu’au plus proche des maisons. « Les moyens de protection ne les arrêtent plus. Les éleveurs sont à bout. Des jeunes renoncent à s’installer. Les pâturages, les alpages et les paysages ruraux sont menacés par la fermeture des milieux. Les patous, qui nous avaient été présentés comme la solution à tous les problèmes, mettent en cause la sécurité publique des randonneurs et des villageois ».

Les élus réfutent aussi le prétendu modèle italien et rappellent que, dans les Abruzzes toujours cités en exemple, la transhumance a disparu et l’élevage ovin s’effondre. Seuls y résistent les plus gros troupeaux conduits par des bergers extracommunautaires aux conditions de travail difficilement tolérables.

Soutien régional pour la régulation du loup

Invitée de la rencontre, la vice-présidente de la région, Émilie Bonnivard, a clairement pris position pour les éleveurs. « Croire en la cohabitation sans régulation est une pure vue de l’esprit » affirme-t-elle, citée dans Terres Dauphinoises. « Aujourd’hui, les éleveurs réfléchissent à deux fois avant de transmettre leur exploitation ovine ou de montagne. En cinq ans, nous avons perdu 10 % d’élevages ovins et 6 % des effectifs ». L’élue en charge de l’agriculture à la région affirme que « des budgets régionaux vont être orientés vers des actions et un soutien matériels en faveur des lieutenants de louveterie et des associations communales de chasse agrées ». Les associations dites environnementales qui attaquent systématiquement les arrêtés préfectoraux de régulation du loup verraient aussi leur subvention régionale diminuer de moitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre