Aller au contenu principal

Les maires refusent la fin du pastoralisme à cause du loup

En se retrouvant pour la troisième fois au col du Glandon en Savoie les 19 et 20 août derniers, bergers, éleveurs, scientifiques et élus adhérents à l’Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (Uspar) ont fait le constat d’une « détresse des éleveurs face aux loups toujours plus prégnante ». Dans un communiqué, l’Uspar, qui rassemble des élus des zones rurales et de montagne, appelle « les pouvoirs publics à obtenir dans les plus brefs délais le déclassement du Canis lupus des textes qui le protègent en France ou en Europe ». Les loups protégés changent de comportement, s’adaptent, attaquent en plein jour jusqu’au plus proche des maisons. « Les moyens de protection ne les arrêtent plus. Les éleveurs sont à bout. Des jeunes renoncent à s’installer. Les pâturages, les alpages et les paysages ruraux sont menacés par la fermeture des milieux. Les patous, qui nous avaient été présentés comme la solution à tous les problèmes, mettent en cause la sécurité publique des randonneurs et des villageois ».

Les élus réfutent aussi le prétendu modèle italien et rappellent que, dans les Abruzzes toujours cités en exemple, la transhumance a disparu et l’élevage ovin s’effondre. Seuls y résistent les plus gros troupeaux conduits par des bergers extracommunautaires aux conditions de travail difficilement tolérables.

Soutien régional pour la régulation du loup

Invitée de la rencontre, la vice-présidente de la région, Émilie Bonnivard, a clairement pris position pour les éleveurs. « Croire en la cohabitation sans régulation est une pure vue de l’esprit » affirme-t-elle, citée dans Terres Dauphinoises. « Aujourd’hui, les éleveurs réfléchissent à deux fois avant de transmettre leur exploitation ovine ou de montagne. En cinq ans, nous avons perdu 10 % d’élevages ovins et 6 % des effectifs ». L’élue en charge de l’agriculture à la région affirme que « des budgets régionaux vont être orientés vers des actions et un soutien matériels en faveur des lieutenants de louveterie et des associations communales de chasse agrées ». Les associations dites environnementales qui attaquent systématiquement les arrêtés préfectoraux de régulation du loup verraient aussi leur subvention régionale diminuer de moitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Les animations, concours et présentations du ring ovin du Salon de l'agriculture sont à suivre en direct puis en replay sur la chaîne YouTube du SIA.
Retrouvez le ring ovin du salon de l'agriculture en replay
Le Salon de l'agriculture de Paris retransmettait les présentations, concours et animations du ring ovin en direct puis en replay.
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
L'élevage ovin permet le maintien de surfaces enherbées qui stockent plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par la production d'agneaux.
Faut-il arrêter l’élevage d’ovins pour sauver la planète ?
    Sindy Throude, chargée de mission élevage ovin et environnement à l’Institut de l’Élevage. © DR  « L’arrêt de l’élevage…
« J’ai appris à marcher au milieu des brebis de la ferme familiale »
Installé avec ses parents il y a quatre ans, Clément Rouquié a pris la suite de son grand-père sur l’exploitation familiale…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre