Aller au contenu principal

Les maires refusent la fin du pastoralisme à cause du loup

En se retrouvant pour la troisième fois au col du Glandon en Savoie les 19 et 20 août derniers, bergers, éleveurs, scientifiques et élus adhérents à l’Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (Uspar) ont fait le constat d’une « détresse des éleveurs face aux loups toujours plus prégnante ». Dans un communiqué, l’Uspar, qui rassemble des élus des zones rurales et de montagne, appelle « les pouvoirs publics à obtenir dans les plus brefs délais le déclassement du Canis lupus des textes qui le protègent en France ou en Europe ». Les loups protégés changent de comportement, s’adaptent, attaquent en plein jour jusqu’au plus proche des maisons. « Les moyens de protection ne les arrêtent plus. Les éleveurs sont à bout. Des jeunes renoncent à s’installer. Les pâturages, les alpages et les paysages ruraux sont menacés par la fermeture des milieux. Les patous, qui nous avaient été présentés comme la solution à tous les problèmes, mettent en cause la sécurité publique des randonneurs et des villageois ».

Les élus réfutent aussi le prétendu modèle italien et rappellent que, dans les Abruzzes toujours cités en exemple, la transhumance a disparu et l’élevage ovin s’effondre. Seuls y résistent les plus gros troupeaux conduits par des bergers extracommunautaires aux conditions de travail difficilement tolérables.

Soutien régional pour la régulation du loup

Invitée de la rencontre, la vice-présidente de la région, Émilie Bonnivard, a clairement pris position pour les éleveurs. « Croire en la cohabitation sans régulation est une pure vue de l’esprit » affirme-t-elle, citée dans Terres Dauphinoises. « Aujourd’hui, les éleveurs réfléchissent à deux fois avant de transmettre leur exploitation ovine ou de montagne. En cinq ans, nous avons perdu 10 % d’élevages ovins et 6 % des effectifs ». L’élue en charge de l’agriculture à la région affirme que « des budgets régionaux vont être orientés vers des actions et un soutien matériels en faveur des lieutenants de louveterie et des associations communales de chasse agrées ». Les associations dites environnementales qui attaquent systématiquement les arrêtés préfectoraux de régulation du loup verraient aussi leur subvention régionale diminuer de moitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre